Dans le silence des médias, échec et mat en Libye: "Le Parlement turc décide d'envoyer des troupes le 2 janvier". L'alarme terroriste italienne 007 se déclenche

Vues

(par Massimiliano D'Elia) Le Parlement turc se réunira en session extraordinaire le jeudi 2 janvier à 14, alors qu'en Italie il sera 12 ans, pour anticiper le vote sur la motion AKP du président Erdogan autorisant l'envoi de troupes en Libye en soutien au gouvernement de Fayez al-Sarraj d'accord national contre l'offensive des milices du général Khalifa Haftar. La réouverture ordinaire de la Grande Assemblée nationale d'Ankara après les vacances de fin d'année a été fixée au 7 janvier. Le texte de la motion devrait parvenir au Parlement dès aujourd'hui, selon ce qui a été rapporté par l'agence de presse Dogan.

Une source française, écrit Le Monde, a déclaré qu'Erdogan avait déjà envoyé ses officiers du renseignement - déjà employés en Syrie - pour gérer l'opération militaire naissante. Pendant ce temps, Ankara a utilisé des forces irrégulières en dehors de sa solde du théâtre syrien. Selon le chercheur de l'opposition syrienne Elizabeth Tsurkov: "La mort de soldats turcs à l'étranger dans des guerres que la population ne soutient pas aurait pu influencer la popularité d'Erdogan". Le 2 janvier, Erdogan cherche désormais le sceau parlementaire sur l'envoi de troupes régulières afin de ne pas porter atteinte à son image politique.

Milices pro-turques de Syrie à Libye

Hier, la nouvelle est apparue sur le profil Facebook du Conseil présidentiel du gouvernement d'accord national (GNA), représenté par Fayez al-Serraj qui a averti les journalistes locaux et internationaux de ne pas publier les vidéos des rebelles syriens arrivés à Tripoli avec le soutien de la Turquie. . Le Conseil présidentiel a déclaré que les images ne seraient pas authentiques, mais seraient tournées dans la province d'Idlib en Syrie, sans expliquer pourquoi les combattants prétendent être en Libye.

«L'Armée syrienne libre est en Libye contre Haftar»Dit un combattant dans la vidéo en question, demandant à ses camarades de lui rappeler le nom du commandant de l'Armée nationale libyenne (ANL). La différence dans le dialecte parlé est également claire, écrit le site Libia.it, quiconque connaît la langue arabe reconnaît clairement l'accent libyen du turc ou du syrien. Au moins 1000 combattants seraient arrivés en Libye cette semaine via des vols réguliers depuis la Turquie, utilisant des civils comme boucliers humains. Les compagnies aériennes n'ont pas encore commenté la nouvelle et on ne sait pas pourquoi un avion de Libyan Airlines a atterri à Istanbul sans passager à bord samedi. Serraj a accusé les pages pro-Haftar et les partisans de l'armée nationale de diffuser de fausses vidéos, tandis que les civils confirment fermement que les vidéos ont été tournées au sud de Tripoli. Le bureau d'information du Premier ministre a également demandé aux journalistes dans sa déclaration officielle de ne pas diffuser les vidéos en question. 

La position de la France

Certains analystes notent que le soutien discret de Paris à Haftar est apporté dans l'espoir d'une «stabilisation» du Sahel, d'où la France entend partir en raison des pertes en vies humaines parmi ses soldats et du coût de la mission d'environ 700 millions d'euros par an. Ensuite, il y a le manque de clarté de Washington sur le dossier libyen et l'impunité du soutien militaire étranger à Haftar, en violation de l'embargo des Nations Unies sur les livraisons d'armes à la Libye. Le manque d'intérêt international a donc contraint Fayez al Serraj à céder au leurre turc, compte tenu de l'aide tactique de qualité reçue par Haftar de la Russie, de l'Égypte, des Émirats arabes unis et du Sénégal.

L'Italie seule

L'Italie également à cette occasion a été laissée seule par l'Union européenne qui n'a pas encore compris que l'Italie est l'Europe du Sud. L'Italie et l'Europe poussent donc à une décision politique et ont approuvé l'envoi à Tripoli le 7 janvier d'une délégation des ministres des Affaires étrangères d'Italie, de France, d'Allemagne et peut-être même d'Angleterre. Que faire, puisque les troupes d'Erdogan seront déjà sur le terrain pour soutenir al Serraj le 3 janvier?

L'Italie seule ne peut certainement pas faire face, maintenant, à une situation qui s'est enchevêtrée et qui voit des puissances comme la Russie et la Turquie employées directement sur le terrain sans aucun sceau de la communauté internationale. En substance, Poutine et Erdogan positionnent leurs drapeaux sur un pays prospère en ressources énergétiques et stratégique par sa position géographique. De là, il est possible d'ouvrir les robinets des flux migratoires à volonté, favorisant également la fuite des jihadistes vers l'Ouest. L'expansion de la Turquie en Méditerranée orientale devrait faire frémir nos diplomates dirigés par le ministre des Affaires étrangères, Luigi Di Maio. L'Italie avec Eni et de nombreuses autres sociétés a un échange commercial avec la Libye de plusieurs milliards par an, sans parler des implications sur l'exploration offshore en Méditerranée, après l'accord libyo-turc du 27 novembre dernier, déjà actif à partir du 9 décembre. Eni avec ses différents programmes et gazoducs - Greenstream - Eastmed - n'aura pas un bel avenir avec la Russie et la Turquie qui veulent imposer leur marché énergétique - Turkstream.

Alerte au terrorisme des 007 Italiens

Chiara Giannini dans il Giornale a révélé que nos 007 ont sonné l'alarme: "Les djihadistes arrivant de Tripoli". En péril des basiliques et des ambassades, le dossier classifié, écrit Giannini, est quelque chose sur lequel le gouvernement se tait, mais qui inquiète les renseignements italiens. Le chaos libyen risque en effet de nous faire catapulter d'anciens miliciens de l'Etat islamique directement sur le territoire national. A tel point qu'en ce moment, selon des sources proches des services, il y a des sujets bien fréquentés.

Les allées et venues des navires des ONG faisant la navette entre les côtes libyenne et italienne sont ce qui inquiète le plus. Déjà avec Sea Watch 3 de Carola Rackete, les trois tortionnaires libyens alors arrêtés sont arrivés. Le danger est qu'avec la réouverture des ports, d'autres criminels ou terroristes pourraient essayer d'entrer en Italie. Le ministère de l'Intérieur a déjà publié à Noël une ordonnance dans laquelle il parle de "la persistance de la menace terroriste internationale". Et il demande au personnel "d'être conscient de la nécessité d'avoir une attitude vigilante et réactive". L'accent est principalement mis sur les lieux de culte.

Mais il y a quelque chose de plus, vu que l'œil des services repose sur les ambassades de Russie, de Turquie et des États-Unis, observer un contre-terrorisme spécial en raison des événements récents en Libye. D'un autre côté, Giannini précise aussi Luigi Di Maio lors d'une visite le 23 décembre dernier au contingent italien au Liban, il a dit sans ambages: "Une "guerre par procuration" est en cours en Libye, une guerre par procuration, avec un risque fort en raison de la présence de «cellules terroristes». Le schéma est similaire à celui de la guerre en Syrie voisine. Et ici la question n'est pas tant le risque des réfugiés, mais celui lié au terrorisme, et le risque de cellules terroristes ".

Donc, le ministre de la Défense, Lorenzo Guerini, qui la veille de Noël, d'Erbil, où il a célébré avec les soldats italiens engagés en Irak, avait précisé qu'il était nécessaire pour la Libye une initiative diplomatique très forte qui doit être prise au niveau européen car la résolution du problème libyen par les armes a exacerbé la situation. Il s'agit d'un conflit de parti de faible intensité  puis a augmenté de plus en plus avec une augmentation des risques également pour l'Italie ".

Dommage que l'actualité ne parle pas du dossier libyen et des répercussions pour l'Italie

 

Dans le silence des médias, échec et mat en Libye: "Le Parlement turc décide d'envoyer des troupes le 2 janvier". L'alarme terroriste italienne 007 se déclenche