Netanyahu fait contrôler le "mossad"

Les responsables israéliens ont démenti les informations selon lesquelles le chef du service de sécurité intérieure du pays aurait espionné au nom du Premier ministre, du directeur des renseignements du Mossad et du chef de l'armée. Les démentis étaient motivés par des allégations faites jeudi dernier, lorsque le dernier épisode du programme d'information d'enquête Uvda (Fact) a été diffusé sur la chaîne de télévision israélienne 12. Selon le programme, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait a exigé que les téléphones personnels des hauts responsables de la sécurité israélienne, y compris ceux du Mossad et des chefs militaires, soient interceptés pour des raisons de sécurité.
Le programme d'information d'enquête a rapporté le 31 mai que la demande "sans précédent" trouve ses racines dans un "grand programme secret" lancé par le gouvernement israélien en 2012. Le programme avait nécessité une transformation majeure du budget, du personnel et des ressources. de l'intelligence du pays. Bien que de nombreuses personnes de presque tous les aspects de la communauté du renseignement israélienne aient été informées du projet, le Premier ministre israélien était préoccupé par les fuites dans les médias. Il a donc tenu son cabinet dans l'ignorance du programme et n'a pas consulté la Knesset, ni les membres de la sous-commission de la Knesset sur le renseignement et les services secrets.
Uvda prétend également que dans 2013 Netanyahu a convoqué une réunion extraordinaire de hauts fonctionnaires, qui comprenait la participation du procureur général, du chef du Shin Bet (le service de sécurité nationale israélien) et d'autres.

Au cours de cette réunion, selon Uvda, Netanyahu a approché Yora Cohen, alors directrice du Shin Bet, et lui a demandé de "surveiller les partenaires du projet secret". Lorsqu'on lui a demandé ce qu'il voulait dire, Netanyahu aurait prétendu que les directeurs des Forces de défense israéliennes (FDI) et du Mossad devaient être examinés pour une éventuelle infiltration non autorisée dans les médias. Deux noms mentionnés lors de cette réunion, selon Uvda: Tamir Pardo, chef du Mossad, et Benny Gantz, chef d'état-major de Tsahal. Lorsque Cohen a reçu la demande de Netanyahu, les hauts responsables du ministère de la Défense "ont été choqués et auraient rejeté la demande".
Dimanche, Cohen a fait un pas inhabituel et a publié un démenti des allégations d'Uvda, qualifiant de "rapports dans les médias" sur le Premier ministre qui lui avait ordonné "d'intercepter spécifiquement Gantz et Pardo [...] faux". Le bureau du Premier ministre a également nié le rapport Uvda, le qualifiant dans un communiqué de "absolument infondé". La déclaration a poursuivi en déclarant que les allégations d'Uvda représentaient «une distorsion totale des efforts systémiques déployés de temps en temps pour protéger les informations sensibles relatives à la sécurité d'Israël». Dimanche également, le Premier ministre Netanyahu a directement critiqué les commentaires de Pardo sur le même programme, que le dirigeant israélien considérait comme nuisibles à la réputation du Mossad. Pardo a déclaré à Uvda que "la partie amusante" de travailler pour le Mossad était que l'agence était "essentiellement un syndicat criminel agréé". Netanyahu a fait une exception à ces commentaires dimanche, affirmant que «le Mossad n'est pas une organisation criminelle. C’est une superbe organisation qui accomplit un travail sacré dans la lutte contre le terrorisme et d’autres menaces contre l’État d’Israël.

Netanyahu fait contrôler le "mossad"

| Intelligence |