Opération "High Rate", la police d'État a mis en œuvre cinq mesures de précaution contre l'usure et l'extorsion

La police d'État de Cosenza, au petit matin aujourd'hui, a mis en œuvre l'ordonnance d'application de la mesure de précaution personnelle, émise par le juge d'instruction du tribunal de Cosenza, à la suite d'une demande du procureur local, dirigée par le dr. Mario Spagnuolo, contre cinq sujets tenus pour responsables, à divers titres et dans certains épisodes en compétition, des délits visés aux articles 644 cp, 629 cp, 132 d.leg. nr. 385/1993 tel que modifié par l'art. 39 du L. nr. 262 de 2005 (usure, extorsion et exercice abusif de crédit).

Plus précisément à trois sujets (BA de 43 ans de Cosenza, BM de 52 ans de Mendicino et MS de 51 ans de Cosenza) la mesure de détention provisoire en prison a été appliquée, à un (PP de 73 ans de Cosenza) la mesure d'assignation à résidence et enfin à un autre (CS de 64 ans de Cosenza) la mesure coercitive de l'interdiction de résidence dans les communes de Cosenza et Rende.

L'activité d'enquête découle de la plainte déposée en juin 2018 au siège de la police par l'une des victimes de l'usure, à la suite de laquelle la section IV "Infractions contre les biens et l'Autorité palestinienne" de l'équipe mobile de Cosenza, avec la coordination du parquet local , a commencé une activité d'enquête articulée, qui a fait appel à des services d'interception, de traque et d'observation et qui a finalement permis d'identifier un groupe d'usuriers qui, agissant chacun de manière indépendante et seulement dans certaines circonstances l'un d'eux en concurrence avec d'autres, ils ont prêté de l'argent aux victimes, toutes dans le besoin, en échange de la demande de restitution de sommes exorbitantes. Ces derniers, lorsqu'ils n'ont pas respecté le paiement, ont été fortement intimidés par les usuriers, même avec des menaces de mort explicites et graves.

Parmi les seize victimes confirmées, outre les chômeurs et les retraités, il y a surtout des ouvriers mais aussi des artisans, des maçons, des peintres et des laveurs.

Ils ont entamé une sérieuse spirale de la dette, étant donné les taux d'intérêt usuraires insoutenables qui leur ont été imposés; dans certains cas, ils ont été contraints de donner des distributeurs automatiques de billets et des cartes postpayées; dans l'un des nombreux cas reconstruits, le taux d'usure appliqué à une victime sur une base mensuelle a atteint 57%, pour atteindre 230% sur une base bimensuelle et même, sur une base trimestrielle, 850% (demandes de remboursement de 6.200 €, dans un délai de trois mois, contre un premier prêt de 1.400 12.400 euros, avec la promesse, en cas de non-respect ultérieur, de l'octroi de XNUMX XNUMX euros).

L'une des victimes, qui s'est tournée vers les usuriers pour l'extrême difficulté économique dans laquelle elle a été exposée en raison du vice compulsif du jeu, en particulier celui des machines à sous, était si désespérée qu'elle avait manifesté des intentions suicidaires et était donc déterminée à s'hospitaliser dans un récupération de la ludopathie.

Les destinataires de la mesure restrictive en prison, après les formalités du rite, ont été traduits à la Maison Circondarienne de Cosenza.

Lors des perquisitions effectuées en même temps que l'exécution des mesures restrictives, des documents, des ordres du jour et une sorte de "grand livre" ont été retrouvés au domicile des suspects dans lesquels les montants des sommes accordées à titre usuraire et les noms des victimes ont été notés.

Dans la phase d'urgence actuelle de Covid-19, la police d'État et le procureur de Cosenza sont particulièrement attentifs à surveiller et à contraster la menace de la criminalité locale organisée et commune, qui, avec la disponibilité de capitaux «sales», tend à offrir des prêts usuraires ou financer la crise de liquidité des petites entreprises et des familles qui, dans une période de souffrance économique extrême comme celle en cours, ne sont pas en mesure de faire face aux paiements et aux dépenses quotidiennes.

Opération "High Rate", la police d'État a mis en œuvre cinq mesures de précaution contre l'usure et l'extorsion