Patuanelli chez Agrifish. La sécurité alimentaire et la révision des Indications Géographiques au cœur du Conseil de l'UE

Vues

Le renforcement des mesures de sécurité alimentaire, la proposition de révision du régime des indications géographiques, la révision du règlement sur l'utilisation des terres et la demande de douze pays, dont l'Italie, d'activer un soutien temporaire exceptionnel au développement rural (Feader) en réponse à la crise actuelle et à son impact sur les systèmes de production agricole et la sécurité alimentaire. Tels étaient les sujets au centre du Conseil des ministres de l'agriculture de l'UE qui s'est tenu aujourd'hui à Luxembourg.

Le ministre des politiques agricoles, Stefano Patuanelli, qui s'est exprimé à la table du Conseil, a souligné le soutien de l'Italie à la révision du règlement sur l'utilisation des terres au sujet de la neutralité climatique, connu sous l'acronyme Lulucf, soulignant que face à la période d'urgence auxquels nous sommes confrontés, nous ne devons cependant pas cesser de regarder vers l'avenir.

Quant à la question de la sécurité alimentaire et de la situation des marchés agricoles en Europe à la lumière du conflit de guerre en Ukraine, qui a exacerbé un contexte déjà difficile en raison des problèmes causés par la pandémie de Covid, la sécheresse, les maladies du bétail et les coûts énergétiques déjà en augmentation avant le conflit, le ministre a souligné la nécessité de mettre à la disposition des agriculteurs tous les outils extraordinaires pour soutenir leurs activités productives si fondamentales pour la vie des citoyens européens. En fait, il faut être attentif à aujourd'hui et à demain, dans la continuité de ce qui a déjà été fait avec la pandémie grâce au cadre d'aide temporaire. L'agriculture et ses activités de semis et de récolte de matières premières agricoles tant en Ukraine que dans l'Union européenne doivent être sauvegardées, au bénéfice des consommateurs européens et de ceux des pays les plus fragiles, afin d'éviter la pauvreté alimentaire.

L'Italie soutient donc la proposition de la Croatie qui demande de re-proposer une mesure extraordinaire de développement rural, déjà utilisée lors de la pandémie de Covid-19. Grâce à cette mesure, les États membres pourront utiliser les ressources du développement rural (années 2021 et 2022) pour atténuer les conséquences de l'augmentation des intrants de production, jusqu'à un maximum de 5 % des ressources du FEADER (Fonds européen de développement rural) allouées en la période 2014-2022.

Enfin, Patuanelli a réitéré l'opposition de l'Italie à la proposition de la Commission européenne pour le règlement sur les indications géographiques.

Patuanelli chez Agrifish. La sécurité alimentaire et la révision des Indications Géographiques au cœur du Conseil de l'UE

| ÉCONOMIE |