Vues

(par Mario Galati) Je lis souvent dans les journaux nationaux des collègues qui s'improvisent en tant qu'analystes militaires et encore plus en tant qu'experts en budgétisation et programmes militaires en écrivant sur des milliards d'euros dépensés en véhicules et infrastructures de défense plutôt qu'en construisant des ponts et des écoles. Trop de démagogie abusée pour un contexte, celui de la Défense, qui mérite plus de sérieux, pour la haute tâche institutionnelle qui lui est assignée.

Rédiger un article traitant de sujets complexes tels que ceux concernant le monde militaire au lieu d'écouter et de rapporter des nouvelles et des informations souvent incorrectes et fausses, lisez simplement le DPP - Document sur la politique de défense pluriannuelle -, facilement disponible sur le site du Dicastère. Il s'agit d'un document public qui, comme en témoigne le Ministre Guerini dans la préface, "présente au Parlement l'estimation des dépenses du dicastère approuvée avec la loi de finances. Outre le cadre financier de référence, le DPP fait le point sur les activités dans lesquelles la Défense est impliquée, tant en termes de prévision que de bilan final. Ceci est conforme au contenu des documents programmatiques du Dicastère et de la loi politique avec laquelle le ministre a élaboré les orientations générales de la Défense, avec un horizon programmatique de trois ans, définissant les priorités politiques, que le technico-opérationnel et Les technico-administratifs sont appelés à suivre dans l'utilisation des ressources financières mises à disposition ".

Dans le document programmatique du ministère nous parlons des différents environnements d'utilisation, y compris celui qui concerne l'environnement informationnel, nécessaire aux opérations sur les champs de bataille, dans le ciel et en mer, mais aussi entre nos villes, en collaboration avec les forces de police . Dans un contexte purement opérationnel, le scénario le plus probable pour le moment est représenté par le soi-disant "conflits hybrides ", caractérisée par l'utilisation de tactiques conventionnelles et non conventionnelles, mises en œuvre par des acteurs de toutes sortes, souvent soutenus par des puissances régionales ou mondiales, capables d'opérer dans tous les domaines opérationnels, y compris le cyber-domaine, également en association avec des actions terroristes et des criminels. Le contraste avec ce type de menace sous-tend une activité importante de intelligence et analyse, soutenu par un modèle de sécurité capable de prévenir les attaques et de minimiser leurs effets. C'est dans ce contexte que la Défense italienne a initié, ces dernières années, un processus d'adaptation de ses infrastructures et capacités, qui à l'avenir nécessitera des ressources supplémentaires et des compétences spécifiques, également en termes de personnel hautement qualifié, pour menace en constante évolution.

Parmi les capacités fondamentales de l'instrument militaire, il y a précisément Capacité d'information. C'est la capacité d'acquérir, de protéger et de traiter, de manière fructueuse, la quantité croissante d'informations nécessaires à l'acquisition d'une connaissance plus approfondie et d'une meilleure appréciation de la situation, par les décideurs politiques et les chefs militaires, afin de garantir la supériorité de l'information nécessaire et la rapidité de prise de décision. Dans ce secteur, l'application des nouvelles technologies sera un facteur habilitant pour obtenir un avantage de calcul dans la capacité à fusionner, intégrer, synthétiser la quantité croissante de données, provenant de différents capteurs dans les différents domaines, afin de comprendre et gérer des scénarios de complexité croissante.

De là découle la nécessité d'équiper l'instrument militaire de capacités et de systèmes, de plus en plus interconnectés et capables d'interagir les uns avec les autres, dans les cinq domaines actuels (terrestre, maritime, aérien, spatial et cybernétique) et dans un environnement de plus en plus forte connotation numérique.

PLATEFORME AÉRIENNE MULTI-MISSION ET MULTI-CAPTEURS

Parmi les capacités et les systèmes d'exploitation sur lesquels la Défense a décidé de se concentrer, il y a la plate-forme aérienne multi-missions et multi-capteurs, récemment l'objet d'un article dont le contenu n'est pas exactement proche de la réalité. Le programme, à caractère commun,  il concerne un système multi-missions, basé sur une plate-forme aérienne Gulfstream G-550, équipé de capteurs modernes pour la collecte d'informations stratégiques et la supériorité électronique, adapté à l'intégration dans une architecture réseau-centrée C4ISTAR pour le partage d'informations en temps réel, capable de fonctionner à la fois dans un contexte autonome et, surtout, dans une structure commune complexe. À l'avenir, les capacités du système devraient être étendues au secteur de commandement et de contrôle multidomaines ainsi qu'à la protection électronique des forces, grâce à la découverte approfondie de la menace.

Le programme poursuit la réalisation progressive de la capacité en entamant une première phase dont le besoin total s'élève à 1.223,1 millions d'euros, entièrement financé sur le budget ordinaire du ministère de la Défense. L'achèvement aura lieu à un stade ultérieur, ce qui sera utile pour bénéficier de la poursuite du développement technologique et de la maturation des accords de coopération internationale déjà en cours. Le programme comprend également les coûts liés à la maintenance de la configuration opérationnelle (MCO) / soutien logistique intégré (SLI) après la livraison ainsi que les dispositions logistiques et infrastructurelles nécessaires.

L'avion en question, le CAEW (Conformal Airborne Early Warning) est un système multi-capteurs avec des fonctions de surveillance aérienne, de commandement, de contrôle et de communication, instrumentale pour la suprématie aérienne et soutien aux forces terrestres. Il est basé sur la plate-forme commerciale Gulfstream G550, modifiée par la suite en partie par l'entreprise de fabrication elle-même (modification de type A), et en partie par la société Elta Systems Ltd à Ashdod, Israël, avec la préparation et l'assemblage de systèmes de mission (type B modification). 

Les informations obtenues à partir des capteurs individuels sont analysées et "fusionnées" automatiquement, ce qui permet une acquisition et une identification rapides et précises des objectifs, l'acquisition de cibles et des informations sur les cibles - au cœur de la fonction d'alerte précoce - avec l'avantage supplémentaire d'une plus grande couverture radar grâce au capteur aéroporté. Le système de mission a également la capacité de mener des missions de Patrouille maritime et gestion du champ de bataille, grâce à la compatibilité avec i Systèmes Rover du personnel employé à terre ou à la surface de la mer.

La capacité AEW-BM & C (Airborne Early Warning, Battlefield Management & Communication) fournie par l'avion CAEW il représente un outil indispensable pour assurer une extension adéquate de la capacité de surveillance de l'espace aérien national (Homeland Defense / Security), y compris la gestion de la menace non conventionnelle représentée par le soi-disant "RENÉGAT”Et de sauvegarder la pleine capacité de soutenir les opérations militaires sur le théâtre.

Pour écrire sur les programmes de défense, il suffit de lire le DPP