La Police d'État à la conférence sur "Les victimes de la haine"

Le ministre Piantedosi et le chef de la police Pisani étaient présents

La série de rencontres consacrées à la lutte contre les crimes de haine et à la prévention de toutes les formes de discrimination organisées par l'Observatoire pour la sécurité contre les actes discriminatoires (OSCAD) du ministère de l'Intérieur se poursuit. 

Aujourd'hui, pour la troisième année, Milan a accueilli la conférence su « Les victimes de la haine » à l'auditorium Nissim de la Fondation Mémorial de la Shoah organisé en collaboration avec la Préfecture de Police de Milan. 

Une fois de plus, une rencontre pour démontrer l'engagement quotidien des institutions, et en particulier des forces de police, pour garantir que chaque citoyen respecte et protège les droits humains des personnes les plus vulnérables, droits qui sont souvent bafoués par la discrimination et par la haine. 

L'événement, auquel ont participé le ministre de l'Intérieur Matteo Piantedosi et le chef de la police - directeur général de la sécurité publique Vittorio Pisani, a été animé par le directeur du programme d'information LA7 Enrico Mentana et par le Dr Francesca Romana Capaldo, première Directeur de la Police d'État et directeur du Secrétariat de l'OSCAD.

Après les salutations de bienvenue du président du Mémorial de la Shoah Roberto Jarach, du coordonnateur national pour la lutte contre l'antisémitisme Pasquale Angelosanto et du préfet de Milan Claudio Sgaraglia, le préfet Vittorio Rizzi, directeur général adjoint de la sécurité publique avec fonctions adjointes, a pris la parole. . ainsi que le président de l'OSCAD qui a défini l'antisémitisme comme « .une haine qui n'est pas seulement religieuse, mais aussi ethnique, raciale et nationale, qui a traversé l'histoire de l'humanité, une haine qui change et se transforme au fil des siècles ».

De nombreux invités sont montés sur scène pour témoigner : la championne paralympique italienne et européenne de danse Giada Canino, la championne de natation artistique de l'équipe nationale italienne du groupe sportif Marine Linda Cerruti, toutes deux victimes de haine en ligne, et la nageuse paralympique du Le groupe sportif Fiamme Oro de la Police d'État Antonio Fantin est monté sur scène pour parler de ses expériences de discrimination mais aussi de vengeance et d'affirmation à travers la décision de dénoncer et donc de faire "le bon choix".

La matinée s'est poursuivie avec les réflexions proposées par le professeur Milena Santerini, vice-présidente de la Shoah Memorial Foundation, qui s'est concentrée sur le soi-disant « antisémitisme de retour » ou les nouvelles formes de haine envers la communauté juive, tandis que le professeur agrégé d'histoire contemporaine à l'Université de Milan, Marco Cuzzi a dessiné les figures d'hommes en uniforme, héros silencieux, qui, pendant les jours tragiques de la Seconde Guerre mondiale, ont su faire le bon choix même au risque de leur propre vie.

A la fin de la première partie de l'événement, la violoniste Alessandra Sonia Romano, dépositaire du « violon de la Shoah », a exprimé ses souvenirs à travers les notes de la chanson KADDÍSH de Maurice Ravèl.

Le directeur Mentana a ensuite modéré le dialogue entre la sénatrice Liliana Segre et le ministre de l'Intérieur Matteo Piantedosi. Lors de son discours, le Ministre a souligné comment «le principal remède contre la haine et l'antisémitisme passe par l'application du droit, la diffusion de la culture et le rejet de l'indifférence. Cela nécessite la contribution de chacun ». 

Enfin, les invités ont assisté à la représentation de l'orchestre musical de la police d'État, dirigé par le maestro Maurizio Billi, qui a accompagné le violon Shoah dans l'interprétation des chansons. Méditation par Jules Massenet et La Liste de Schindler par John Williams.

La Police d'État à la conférence sur "Les victimes de la haine"