Le prix Nobel d'économie à Richard Thaler

Vues

Le prix Nobel d'économie 2017 a été décerné à Richard H. Thaler de l'Université de Chicago, père de l'économie comportementale.
Thaler a été récompensé pour ses contributions à l'économie comportementale avec cette motivation des universitaires suédois: "il a inséré des hypothèses psychologiquement réalistes dans les analyses de la prise de décision économique, explorant les conséquences d'une rationalité limitée, des préférences sociales et du manque de maîtrise de soi. "Et comme le chercheur l'a souligné" comment ces traits humains influencent systématiquement les décisions individuelles et les résultats du marché ".
Le savant, né il y a 72 ans à Chicago est une personne résolument humaine, même paresseuse et souvent irrationnelle, et en tant qu'humain il n'exclut pas ses «faiblesses», au point de mettre l'accent sur la question de la faillibilité de l'économie et notamment son atelier.
Tout en étudiant pour se préparer à l'examen de microéconomie, comme le dernier des étudiants, mais avec l'esprit critique que trop souvent les étudiants ne sont pas autorisés, Richard Thaler est tombé sur des théories qu'il jugeait trop rigides pour être vraies. L'une des règles fondamentales de l'économie classique est le concept d'équilibre parfait: l'offre et la demande se rencontrent en un point, le fameux point d'équilibre. Le prix est donc toujours juste. "À mesure que la demande augmente, le prix baisse." Ce sont les enseignements de l'homme qui a toujours été défini comme le père de la science économique, Adam Smith, un philosophe et économiste écossais qui, après ses études dans le domaine de la philosophie morale, a jeté les bases de l'économie politique classique.
Thaler, en revanche, face à une théorie prise pour acquise, se rend compte au cours de ses études que tout est beaucoup plus compliqué que l'interprétation «univoque» utilisée jusqu'à présent pour le sujet complexe traité et commence ainsi à dresser une liste contenant un une véritable liste des anomalies concrètes de la doctrine et met en évidence quelques "nœuds" auxquels consacrer du temps pour enquêter avec plus d'attention et un esprit critique.
Pour Thaler, la prise de conscience est le premier pas, même si elle pourrait être inutile dans un contexte basé sur les doctrines rigides de Smith et d'autres économistes historiques, pour lesquels on est presque peu habitué à observer le monde, et les choix des individus ne sont pas toujours si prévisibles qu'ils sont adoptés par des milliards de personnes, de travailleurs, de consommateurs, de pères et d'enfants.
Selon la théorie classique, les décisions du consommateur doivent nécessairement être rationnelles et éclairées, il n'y a aucune trace de la possibilité d'erreurs d'évaluation qui existent réellement et peuvent être dues à une série presque interminable de facteurs, même momentanés qui peuvent éventuellement compromettre le clarté de l'évaluation et du choix à un moment donné. La théorie veut que nous soyons tous toujours capables de faire le bon choix. Identifiez la chose la plus commode sur laquelle orienter notre préférence, des biens de consommation à acheter à l'adresse d'étude sur laquelle se concentrer et plus généralement à tous les choix faits pour obtenir un avenir meilleur.
Mais la réalité, en tant qu'êtres humains, change considérablement, conditionnée par une quantité de temps à investir dans le meilleur choix, pas infini. Nous avons tort, à tel point que nos erreurs sont largement prévisibles. Depuis les années XNUMX, l'observation de Thaler a divisé le monde en deux catégories: il y a les Econs, les surhommes qui peuvent rationnellement choisir selon le modèle parfait, et les Humains, nous tous. Le défi de l'interprétation de l'économie suit cette voie.
L'histoire d'une carrière, à la première personne, se déroule entre refus et demi-querelles, nouveaux alliés et découvertes dans son livre autobiographique Misbehaving: The Making of Behavioral Economics (Behaving badly: the birth of behavioral economics), sorti aux USA pour WW Norton & Company. Après les années sombres où les publics, les magazines et les autres économistes ont convaincu, c'était un autre livre précédent qui faisait de l'économie comportementale une question pertinente. Nudge, the sweet push (2008), traduit par Feltrinelli et est devenu un best-seller. Depuis lors, plus de 130 pays ont intégré l'économie comportementale dans leurs politiques sanitaires ou fiscales à travers le monde, de la Maison Blanche aux économies émergentes.
Pour se faire une idée du personnage en question, définitivement hors des sentiers battus mais sans doute de génie «supérieur», terminons par la phrase qui évoque cette irrationnalité évoquée au début de l'article et prononcée par le prix Nobel d'économie 2017 immédiatement après avoir reçu le prestigieux prix, dont on se souvient, attribue également un montant supérieur à un million de dollars: «Je vais essayer de le dépenser de la manière la plus irrationnelle possible».
GB
Photo: Ansa

 

Le prix Nobel d'économie à Richard Thaler