Les perspectives ABI-Cerved sur les prêts non performants des entreprises présentées

Vues

Taux de détérioration du crédit à un plus bas historique (2,1 %) en 2021 et devrait augmenter en 2022 en raison de la fin des mesures d'urgence. Ils reviendront décliner en 2023 

Après avoir atteint un minimum de 2021 % en 2,1, en 2022, le flux de nouveaux prêts non performants des entreprises devrait augmenter à 3,8 %. La hausse est due à la fin des mesures d'urgence pour soutenir les entreprises, qui ont assuré la stabilité du système de production et empêché une augmentation des défauts de paiement. Cependant, la détérioration ne sera que temporaire : déjà en 2023, le taux de détérioration devrait diminuer à 3,3 %, un pourcentage juste au-dessus des niveaux pré-Covid de 2019 (2,9 %) mais très loin des pics de 2012 (7,5 % ). 

Sur un plan dimensionnel, entre 2021 et 2023, la croissance des taux de dégradation touchera toutes les entreprises, avec des effets plus importants pour les micro-entreprises et plus contenus pour les autres tranches de taille ; dans tous les cas, les niveaux seront de toute façon nettement inférieurs aux pics de 2012. D'un point de vue sectoriel, le secteur des services (de 2,8% en 2019 à 3,7% en 2023) sera le plus pénalisé par les impacts de la pandémie, suivi par l'industrie (de 2,3 % en 2019 à 2,5 % en 2023). Au contraire, on observe des données en amélioration par rapport à l'avant-Covid, dans l'agriculture (de 3,1% en 2019 à 2,7% en 2023) et surtout dans la construction (de 4,0% en 2019 à 3,5% en 2023) grâce aux impacts très positifs que que le PNRR peut générer dans le secteur. Les micro-entreprises opérant dans le secteur tertiaire et les petites entreprises opérant dans l'industrie sont les clusters pour lesquels les dégradations les plus marquées par rapport à l'avant-Covid sont enregistrées en fin de période de prévision. En revanche, les petites et moyennes entreprises de construction ont enregistré les baisses de taux d'intérêt les plus importantes. 

Ce sont les résultats de l'Abi-Cerved Outlook qui fournit des estimations sur les flux de prêts non performants des entreprises en 2021 avec des détails dimensionnels, par secteur, par zone géographique et un horizon temporel qui comprend des prévisions jusqu'en 2023.

"Au cours de 2022 et 2023, avec la sortie progressive des mesures d'urgence - affirme Andrea Mignanelli, PDG du groupe Cerved - les prêts non performants des entreprises recommenceront à augmenter. Cependant, nous nous attendons à des impacts modérés sur notre économie car, contrairement au passé, il existe un marché mature capable de gérer les volumes attendus de NPL. L'utilisation des données, des algorithmes et des technologies sera de plus en plus importante : c'est un front sur lequel Cerved s'engage fortement pour liquider rapidement les prêts non performants et financer la reprise".

Giovanni Sabatini, directeur général d'ABI, a quant à lui déclaré que « les données présentées aujourd'hui montrent que le risque de crédit, bien qu'en croissance, est gérable et devrait rester nettement inférieur à celui du passé. Cependant, tant que perdurera la phase actuelle de grande incertitude, il est crucial que les interventions en faveur des entreprises ne soient pas interrompues. Cela implique notamment de favoriser les renégociations pour pérenniser la dette des entreprises, et de faciliter leur recapitalisation pour rééquilibrer leur structure financière ». 

TAUX DE DÉTÉRIORATION SELON LA TAILLE DE L'ENTREPRISE

À partir de données officielles, Abi et Cerved ont estimé les taux de détérioration selon la taille de l'entreprise. Sur la base d'estimations, à fin 2021, les taux de détérioration des entreprises non financières resteront stables aux niveaux de l'année précédente (2,1%). Les données dimensionnelles mettent en évidence des dynamiques hétérogènes, avec une tendance qui continue à baisser en 2021 pour les micro-entreprises (de 2,3% à 2,2%) et pour les petites entreprises (de 1,5% à 1,4%), alors qu'il y avait une légère hausse des taux pour les grandes entreprises (de 1,0 % à 1,1 %) et les moyennes entreprises (de 1,3 % à 1,5 %).

TAUX DE DÉTÉRIORATION PAR TERRITOIRE

Au niveau territorial, en 2021, les taux de dégradation des entreprises sont en légère baisse dans toutes les zones du pays, à l'exception de l'Italie centrale. La réduction des nouveaux prêts en défaut a été d'un dixième pour cent dans le Nord-Est, le Nord-Ouest et le Sud, tandis que le Centre a enregistré une augmentation des taux de deux dixièmes de pourcentage. Le Nord-Est se confirme comme la zone avec les taux de dégradation les plus faibles de la Péninsule, s'établissant à 1,4% (contre 1,5% en 2020), suivi du Nord-Ouest (1,7% par 1,8%). 

Les nouveaux crédits en défaut sont plus élevés dans le Sud (2,8% contre 2,9% en 2020) et dans le Centre (2,7% contre 2,5% en 2020). En termes de taille, la baisse des nouveaux prêts en défaut parmi les micro-entreprises a été plus prononcée dans le Nord-Est (de 1,8 % en 2020 à 1,6 % en 2021), qui se confirme comme la zone où la détérioration des taux d'intérêt des micro-entreprises sont inférieurs. Petites réductions également dans le Nord-Ouest (de 2,0 % à 1,9 %) et dans les régions du Sud (de 3,0 % à 2,9 %), tandis que le Centre affiche un redressement avec une augmentation des taux d'un dixième de pourcentage (de 2,7 % à 2,8 %). 

Parmi les petites entreprises, la tendance à la réduction des taux de détérioration est tirée par le Sud (de 2,4 % en 2020 à 2,2 % en 2021), avec de légères baisses dans le Nord-Est (de 1,0 % à 0,9 %), et une tendance stable dans le Nord-Ouest (1,2 %), tandis que la hausse dans le Centre est de l'ordre de deux dixièmes de pourcentage (de 2,0 % en 2020 à 2,2 % en 2021). En ce qui concerne les entreprises de taille intermédiaire, la hausse des taux de dépréciation mise en évidence par le Centre est encore plus marquée (de 1,7 % en 2020 à 2,3 % en 2021), ramenant les nouveaux prêts en défaut aux niveaux d'avant Covid (2,3 % en 2019). Des inversions de tendance par rapport aux baisses de 2020 sont également observées dans le Nord-Est (de 0,8 % à 1,0 %), dans le Nord-Ouest (de 1,1 % à 1,2 %) et dans le Sud (de 2,1 % à 2,2 %). %), avec des valeurs en tout cas inférieures à l'avant-Covid (respectivement 1,1 %, 1,4 % et 3,2 %).

Les perspectives ABI-Cerved sur les prêts non performants des entreprises présentées

| ÉCONOMIE |