Le Bilan d'Allocation et d'Impact des émissions BTP Green 2021 a été publié

Vues

Le Bilan d'Allocation et d'Impact 2022 a été publié (BTP Green Allocation and Impact Report 2022) du produit net collecté au travers des émissions BTP Green de 2021 [1], qui illustre l'affectation des revenus des émissions précitées dans le respect des critères définis dans le « Cadre de référence pour l'émission d'obligations vertes d'État » et, lorsqu'ils sont déjà disponibles, l'impact environnemental positif des interventions rendues possibles par les dépenses vertes. Une analyse détaillée des programmes et projets est également fournie sur la base de leur nature financière (avantages fiscaux, dépenses en capital et dépenses courantes), leur répartition temporelle sur la période quadriennale 2018-2021 et leur poids relatif sur le total alloué.

Les ressources trouvées ont été intégralement utilisées pour financer les six catégories de dépenses présentes au budget de l'Etat sur le quadriennal 2018-2021 et éligibles au financement des BTP Verts en application du Cadre de Référence : Energies renouvelables pour la production d'électricité et de chaleur , Efficacité énergétique, Transport, Prévention et réduction de la pollution et économie circulaire, Protection de l'environnement et de la diversité biologique et Recherche.

Dans le processus d'allocation du produit net des émissions aux différents types de dépenses, la répartition a été effectuée de manière cohérente sur l'horizon temporel considéré 2018-2021, avec un poids un peu plus élevé attribué aux années 2018 (avec 31,4% du total dépenses) et 2021 (avec 29,7 % des dépenses totales) en maintenant un équilibre dans la répartition entre les différentes catégories énumérées ci-dessus.

Dans le détail, du total des dépenses vertes, durant le quadriennal 2018-2021, la catégorie transport constitue le poste principal (égal à 7,62 milliards d'euros), représentant 57% du total. Une grande partie de cette catégorie est attribuable aux investissements en capital (infrastructures ferroviaires, électrification des tronçons ferroviaires, construction de nouveaux tronçons à Grande Vitesse / Haute Capacité et contributions pour soutenir la mobilité ferroviaire). La deuxième catégorie de dépenses, par ordre de grandeur, est celle concernant la protection de l'environnement et de la diversité biologique, à laquelle est destinée une part égale à 15,2% des dépenses (environ 2 milliards d'euros). La catégorie comprend principalement les interventions de protection du sol et contre l'instabilité hydrogéologique, les investissements dans les infrastructures hydrauliques, ainsi que les dépenses destinées à la construction du module électromécanique expérimental (MO.SE) à Venise. Une part égale à 12,2 % du total des dépenses déclarées (1,63 milliard d'euros) a été affectée à la catégorie relative à l'efficacité énergétique. 9,4 % des dépenses totales (soit 1,25 milliard d'euros) ont été allouées à la recherche, les ressources versées à l'ENEA représentant le poste le plus important de la catégorie. Enfin, les mesures de prévention et de maîtrise des pollutions et d'économie circulaire et celles d'incitations à la production d'énergie à partir de sources renouvelables constituent respectivement 3,9 % (525 millions d'euros) et 2,2 % (296 millions d'euros) de dépenses vertes totales.

Le processus de sélection des dépenses est parti d'une analyse du budget de l'État pour identifier les postes de dépenses ayant des effets positifs potentiels pour l'environnement. Les chapitres sélectionnés ont servi de base au dialogue entre la structure de la Direction du Trésor et les représentants des Ministères composant le Comité Interministériel des Obligations Vertes : Ministère de la Transition Ecologique, Ministère de l'Economie et des Finances, Ministère de l'Equipement et du Développement Durable. Mobilité, le ministère du développement économique, le ministère des politiques agricoles et forestières, le ministère de l'université et de la recherche et le ministère de la culture, chargés de la gestion de ces chapitres qui ont vérifié le respect effectif des objectifs environnementaux poursuivis, la constatation que l'absence de canaux de financement directs sur ces mêmes chapitres, la capacité de l'administration à contrôler rapidement la trajectoire des dépenses et l'utilisation effective des sommes aux fins prévues. En aval des émissions, pour les dépenses considérées, toutes les informations sur le résultat de l'intervention et, lorsqu'elles sont déjà mesurables, sur les impacts environnementaux associés ont été collectées, afin de permettre la préparation de ce rapport. Les dépenses, ou parties de dépenses, pour lesquelles l'État italien a spécifiquement dédié des formes de revenus ou de financement (telles que la facilité pour la reprise et la résilience) n'ont pas été considérées comme éligibles. Les chapitres ont également été exclus, en totalité ou en partie, pour lesquels des problèmes critiques potentiels de suivi et de rapport ont été identifiés.

En ce qui concerne l'évaluation de l'impact environnemental de ces dépenses, le document rend compte, lorsqu'il est déjà disponible, de l'impact environnemental positif effectivement constaté, ou en tout cas évaluable avec des critères scientifiques, des interventions rendues possibles par les dépenses auxquelles le produit des BTP a été alloué au vert.

Parmi les catégories qui se prêtent le mieux à une évaluation de l'impact environnemental des ressources utilisées, on retrouve par exemple les incitations fiscales à la production d'électricité et de chaleur à partir de sources renouvelables. Dans ce cas, le Rapport utilise comme indicateur la réduction exprimée en tonnes d'émissions de CO2 causées par la production d'électricité avec des centrales alimentées par des sources renouvelables, avec une puissance disponible supérieure à 20 kW, consommées par les entreprises d'autoproduction dans des locaux et lieux autres que les maisons. . Les émissions de CO2 évitées se sont élevées à 2.439.839 4.557.733 1.947.698, 2018 2019 2020 et XNUMX XNUMX XNUMX tonnes, respectivement pour les années XNUMX, XNUMX et XNUMX.

En ce qui concerne les incitations fiscales pour les travaux d'efficacité énergétique dans les bâtiments, dans les différentes catégories d'intervention (par exemple les copropriétés, le réaménagement global, le remplacement des fenêtres ou des panneaux solaires), cette mesure a permis d'éviter l'émission de plus de 283 mille tonnes de CO2 dans le seulement 2018.

En ce qui concerne les dépenses d'investissement, une évaluation significative des impacts est illustrée dans le Rapport pour la catégorie Transport : par exemple, en ce qui concerne les contributions au SF pour les systèmes d'infrastructure, en effet, le réseau HS / HC a permis, dans de nombreux cas, une réduction significative des temps de trajet, produisant un report modal depuis d'autres modes de transport (par exemple routier et aérien) avec des avantages tangibles pour l'environnement, liés à la réduction des émissions de CO2 dans l'atmosphère. A titre d'exemple, le projet de nœud Gênes et Terzo Valico del Giovi est mentionné, qui permet le transfert d'une part importante du trafic de la route vers le rail (conformément aux objectifs européens), et les travaux relatifs à l'itinéraire HS / AC Naples -Bari ou pour le tronçon Brescia-Vérone de la ligne HS/HC Milan-Venise, qui ont des effets positifs sur la pollution atmosphérique (émissions au niveau local) et le bruit et sur le changement climatique (réduction des émissions de gaz à effet de serre).

Enfin, une autre utilisation importante des ressources d'émissions vertes peut être constatée pour les aires marines protégées, les parcs nationaux et les réserves naturelles d'État. Les ressources des émissions vertes du BTP étaient en effet également dirigées vers le système national d'aires protégées composé non seulement de parcs nationaux et d'aires marines protégées, mais aussi de réserves naturelles domaniales et régionales, de parcs régionaux et d'autres types d'aires protégées reconnues.

En bas du Rapport, l'Examen Externe d'ISS ESG, l'entreprise spécifiquement sélectionnée à cet effet par le MEF, est disponible.

Le Bilan d'Allocation et d'Impact des émissions BTP Green 2021 a été publié