Poutine menace l'Otan : "réponse sérieuse si la Finlande et la Suède rejoignent"

Vues

"Cette guerre va durer longtemps" et "nous devons nous préparer": le président français a déclaré aujourd'hui Emmanuel Macron lors d'une visite au Salon de l'Agriculture. Macron a assuré que des armes seront envoyées à Zeleski Mentre Biden envoyé 350 millions de dollars. Pendant ce temps, les paras russes tentent de quitter Kiev sans lumière, mais ont été repoussés par les militaires ukrainiens le long d'une artère principale de la capitale. Le Conseil de sécurité ukrainien a confirmé les succès de la résistance : "on arrête la horde, la situation est sous contrôle".

La nouvelle circule que Zelensky il aurait demandé au premier ministre israélien Bennett d'accueillir une table de négociation à Jérusalem. L'ONU a nommé les Soudanais Amine Awad coordinateur de crise. Le Conseil de l'UE et les États-Unis sanctionnent Moscou, Poutine et Lavrov sur la liste. Le Kremlin répond aux sanctions en évoquant «Un signe d'impuissance » et menace le Nato« réponse sérieuse si la Finlande ou la Suède rejoignent". Le secrétaire de l'Alliance Stoltemberg : "nous défendrons chaque centimètre de territoire au prix fort" .

Réactions en Italie

Nous sommes confrontés à un "terrible menace"Et nous devons"restez unis", parce que le conflit ramène l'Europe "dans ses jours les plus sombresmoi et"ne peut être toléré". Le Premier ministre en appelle à l'unité des partis Mario Draghi et exprime "d'une fermeté absolue”Aussi au Parlement la condamnation de l'attentat "inacceptable" de Vladimir Poutine à l'Ukraine. Une guerre qui ramène au drame de la Seconde Guerre mondiale, le premier ministre fait la comparaison en faisant écho aux propos attribués à Winston Churchill, ça frappe "les valeurs européennes les plus fondamentales"Et qui risque d'être"juste le commencement" d'un "profondo« Bouleversement de l'équilibre.

Quelques toux et de nombreux applaudissements interrompent son information : lorsqu'il exprime sa solidarité avec les Ukrainiens, contraints dans les bunkers et les métros, lorsqu'il remercie la Farnesina et la Défense pour l'engagement de ces heures. Mais même quand baguette"imprudence" qui n'a pas conduit, dans le passé, à diversifier suffisamment les sources d'énergie, et qui aujourd'hui il nous fait dépendre « à plus de 45 % » du gaz russe.

D'une voix émue, Draghi évoque également la situation du président ukrainien Zelenski, "Caché" avec sa famille car dans le viseur des forces russes. Le premier ministre révèle un contact manqué, tôt le matin, recevant via Twitter une réponse du même Zelensky un ironique"la prochaine fois, j'essaierai de changer l'ordre du jour de la guerre ..." .

Des propos qui selon certaines interprétations cacheraient la déception face à une position prétendument trop molle de Italie e Allemagne sur le nœud des sanctions. Mais Rome, soulignent des sources du Palazzo Chigi, alors que la polémique sur l'exclusion de la Russie de Swift monte, n'a pas demandé d'"exceptions" et se déplace, dit également le Premier ministre dans son discours, "parfaitement en ligne" non seulement avec Berlin, mais aussi avec la France, l'UE et les partenaires du G7.

Et ce nouveau paquet de sanctions peut encore être renforcé, si nécessaire. Bien sûr, le il y aura un contrecoup pour l'économie italienne mais "nous ne serons pas pris au dépourvu", assure le premier ministre, illustrant le plan d'urgence pour l'énergie.

"Le Gouvernement travaille à préparer toutes les mesures nécessaires", dit Draghi, citant, entre autres, d'éventuelles "suspensions" dans l'industrie et le thermoélectrique, mais aussi le projet d'augmenter "gaz naturel liquéfié » importé des USA ("Biden nous a donné sa disponibilité, merci"), et pour amener les pipelines à pleine capacité Exploiter, TransMed e GreenStream.

« Une réflexion » sera également menée sur les regazéifieurs et sur la possibilité de réouverture »centrales au charbon "si ça servait"comble immédiatement toute lacune". De plus, s'il le faut, « et ce sera », souligne le premier ministre au pied levé, le gouvernement interviendra encore même contre les factures onéreuses.

Pour l'instant, le Conseil des ministres approuve le décret qui alloue plus de 170 millions pour renforcer la présence militaire italienne dans les missions de l'OTAN sur le front oriental de l'Europe, à la frontière avec l'Ukraine - environ 3.400 XNUMX soldats.

Poutine menace l'Otan : "réponse sérieuse si la Finlande et la Suède rejoignent"

| PREUVE 1, MONDE |