Ventes sur la ligne de départ. Prévisions CasaImpresa

Vues

"Évidemment j'espère qu'avec le début de la saison des ventes, on pourra parler de reprise, mais malheureusement ce n'est pas ce à quoi je m'attends". Angelo Pignatelli, CasaImpresa Taranto dans le secteur de l'habillement, passe d'abord en revue les mois passés, puis fait une prévision non rose des temps à venir.

"C'était le pire Noël, peut-être même le plus lourd de l'année dernière, quand malgré les fermetures, les gens avaient l'envie, et le besoin de sortir, de revenir à la vie. En reculant, nous avons vécu un moment discret en septembre, grâce à la reprise des cérémonies, reportée au printemps ; Octobre et novembre restaient sur la suffisance, puis une très légère croissance fin novembre avec le black friday. Puis, du 1er au 10 décembre, arrêt total. Dans les jours qui ont précédé Noël, un léger mouvement, mais rien qui ressemble même de loin à la "course au cadeau". J'ai dépensé des sommes bien moindres, c'était avant tout une recherche de petites pensées.

Ces derniers jours, la liberté et l'inquiétude face à la pandémie manquante ont conduit de nombreuses personnes à annuler des réservations sur place : ceci, ajouté à la capacité d'achat réduite, a provoqué une forte baisse de la vente de vêtements. Le poids psychologique de tout ce que nous vivons depuis un certain temps est déterminant, les clients ont peur de dépenser, et peut-être même n'en ont-ils pas envie.

Chaque année, nous, commerçants, parlons des soldes comme d'une opportunité à saisir, mais je ne crois toujours pas que cette saison puisse faire la différence : depuis environ cinq ans, les ventes ont définitivement perdu leur potentiel, dégradées et amoindries par le commerce en ligne qui, à tout moment, sans contrôle, propose peut-être le même vêtement que nous avons en magasin à un prix inférieur. Il faut dire que notre secteur est le seul encore piloté. Je suis pour la libéralisation et pour la suppression de la saison des soldes. Si un commerçant estime avoir fait des achats excessifs, et pense devoir en disposer, il doit être libre de le faire, également pour se défendre dans un monde désormais globalisé. Par ailleurs, le télé-achat a repris, non plus sur les chaînes de télévision, mais sur les réseaux sociaux à des coûts très abordables.

J'espère sincèrement me tromper - conclut Pignatelli - et que les faits démentent totalement mes prévisions ».

Ventes sur la ligne de départ. Prévisions CasaImpresa

| NOUVELLES ", ÉCONOMIE |