Atterrissages « Go go » avec une mer en mouvement « ondulatoire »

Vues

Les débarquements sur les côtes italiennes continuent, plus de 52 XNUMX hommes, femmes et enfants qui ont débarqué dans notre pays depuis le début de l'année, soit deux fois plus qu'arrivé en 2020.

Matteo Salvini, à cet égard, il s'adresse directement au ministre de l'Intérieur Luciana Lamorgese. "Dites au ministre et à Bruxelles que quelqu'un débarque en Italie maintenant". Pour lui faire écho cependant, sur des tons plus calmes, le numéro deux de la Ligue, Giancarlo Giorgetti"Le gouvernement italien sur les questions qui divisent ne pourra pas prendre de décisions qui divisent, c'est un gouvernement né à un certain moment historique pour donner certains types de réponses, alors ce seront les citoyens qui voteront pour décider ". Une sorte de contrebasse des proclamations au sein du parti dans via Bellerio, une manière de rester dans l'ambivalence et de continuer à gouverner sans à-coups particuliers.

Dur le Pape à l'Angélus qui demande de "mettre fin" au retour des migrants vers des pays dangereux, à commencer par la Libye où il y a "de vrais camps de concentration et des violences inhumaines", pour donner plutôt "la priorité au sauvetage de vies".

en attendant Téléphone d'alarme ont signalé deux bateaux chargés de migrants à la dérive entre les zones SAR libyenne et maltaise, au milieu de la Méditerranée. Le premier est un bateau pneumatique avec une soixantaine de personnes à son bord, puis l'ONG tweete : "Nous sommes en contact avec eux, le bateau se dégonfle et de l'eau entre, nous craignons le pire si les autorités, prévenues il y a 11 heures, n'agissent pas dans l'immédiat». "Le cargo Hafnia Malacca, qui s'est approché du bateau, fait état d'un possible rejet de la part du sar de Malte". La position signalée à tous les véhicules de la zone a cependant permis GéoBarent, le navire de Médecins Sans Frontières, pour rejoindre à temps le canot pneumatique. "Il prenait de l'eau. Les conditions météorologiques sont extrêmement rudes, avec des vagues de 3 mètres et des vents de 25 nœuds, mais nous avons réussi à sauver les 71 personnes à bord." .

Médecins Sans Frontières a rapporté qu'avec cette intervention, il a effectué 5 sauvetages au cours des dernières 48 heures, le dernier avec 95 migrants hier soir "qui étaient sur le point d'être interceptés par les garde-côtes libyens et donc contraints de subir de nouvelles violences et abus". À bord du GeoBarent, il y a maintenant un total de 367 migrants, dont de nombreuses femmes et enfants. Les 68 qui, selon Alarm Phone, sont toujours à la dérive sur un bateau dans la zone sar maltaise n'ont pas encore été secourus. "Ils sont épuisés, il y a beaucoup d'enfants à bord, ils ont des problèmes de moteur et il y a des vents forts et une mer agitée" dit l'ONG précisant qu'un avion de Frontex il a surveillé le bateau pendant 5 heures et que la dernière position détectée était à 14 milles au sud de la zone sar italienne.

Le bateau, selon les autorités italiennes, continue en tout cas de naviguer et est constamment surveillé et il est probable qu'il arrivera bientôt à Lampedusa. Où 46 ont déjà débarqué, dont 9 femmes et 6 mineurs, qui se trouvaient sur un bateau secouru à un demi-mille des côtes de l'île. Au lieu de cela, les 105 migrants à bord de l'Aita Mari, le navire de l'ONG espagnole Salvamento Maritimo Humanitario, secouru il y a 4 jours, iront à Trapani.

Une autre route empruntée par les migrants est celle qui vient d'Egypte et de Turquie vers les plages des Pouilles et de Calabre.

Atterrissages « Go go » avec une mer en mouvement « ondulatoire »