School, a présenté l'exposition numérique "Les jeunes se souviennent de la Shoah"

Vues

Bianchi : « La mémoire n'est pas un acte démonstratif. C'est un élément de construction de la liberté, qui repose sur le principe d'égalité"

Une exposition numérique pour renforcer la conscience civile des nouvelles générations à travers une étude approfondie des événements et des enjeux liés au XXe siècle et, en particulier, à l'Holocauste. Le présentateur, ce matin en liaison vidéo avec certaines écoles, était le ministre de l'Éducation Patrizio Bianchi et la présidente de l'Union des communautés juives italiennes (UCEI) Noemi Di Segni.

« C'est un projet extraordinaire, qui met l'accent sur les jeunes, leur leadership, leur capacité à influencer la société par la connaissance. Ces dernières années, étudiants et étudiantes ont été confrontés à des rescapés, des proches des victimes, des experts, approfondissant des pages tragiques de notre histoire. Ils se sont donné beaucoup de mal pour que le souvenir de ces terribles événements serve d'antidote à la violence et à la discrimination, même aujourd'hui, dans notre présent. Nous ne devons jamais cesser de nous souvenir et de promouvoir des opportunités de sensibilisation : cette exposition raconte le chemin parcouru au cours de toutes ces années par nos écoles, en collaboration avec l'UCEI, pour contribuer au plein épanouissement de chaque enfant et jeune pour construire des communautés plus inclusives et plus justes . . . La mémoire n'est pas un morceau de papier ou un acte de démonstration. C'est un élément de la construction de la liberté, qui repose sur le principe d'égalité », a déclaré le ministre Bianchi.

L'exposition "Les jeunes se souviennent de la Shoah" rassemble en ligne - sur le site https://www.scuolaememoria.it/site/it/home-page/ - quelques-unes des œuvres développées par les étudiants qui, de 2002 à aujourd'hui, ont a participé au concours annuel lancé par le ministère de l'Éducation en collaboration avec l'UCEI, pour faire connaître les événements tragiques du siècle dernier et éduquer au respect des différences contre toutes les formes de violence et de discrimination.

« Aujourd'hui, l'enjeu de la mémoire et de la connaissance de la Shoah - dans toutes ses dimensions et son interdisciplinarité - est de relier passé et présent. Non pas comme un avertissement moral générique mais comme une expérience quotidienne dans laquelle nous sommes plongés. Et il faut du courage pour donner le bon nom et l'identification aux phénomènes que nous vivons : la haine raciale, l'antisémitisme, le fascisme et le néo-fascisme. Hier, la Commission européenne a publié un document stratégique pour lutter contre l'antisémitisme. La lutte contre les phénomènes de haine antisémite dans diverses expressions, y compris modernes et tordues, comme la haine de l'État d'Israël, le soutien à la vie juive et à la liberté de culte, l'étude et la connaissance de la Shoah : ce sont les trois piliers de la stratégie pour les dix prochaines années », a déclaré le président Di Segni.

Au fil des années, une sélection d'œuvres d'enfants et de jeunes a sillonné le territoire national, pour donner aux citoyens la possibilité de bénéficier du travail des étudiants et, à travers ceux-ci, des opportunités de formation et de connaissance. L'inauguration du portail élargit désormais ces possibilités : en se connectant au site, les visiteurs pourront approfondir le thème des lois raciales, leur impact sur l'école, comprendre comment s'articulait l'univers concentrationnaire.

L'exposition a été créée dans le cadre de la Convention entre le ministère de l'Éducation et l'Union des communautés juives italiennes. Trois activités et opportunités d'étude et de recherche historique pour les élèves et les enseignants, qui incluent également le portail « École et mémoire », une plateforme d'échange de bonnes pratiques sur le thème de la Shoah, qui fournit des approches, des lignes directrices et des supports pédagogiques pour les jeunes et les enseignants de tous niveaux.

School, a présenté l'exposition numérique "Les jeunes se souviennent de la Shoah"