Organisation de coopération de Shanghai, une nouvelle alternative multilatérale à l'Occident

Vues

La Organisation de coopération de Shanghai - SCO - devrait marquer le début d'un multilatéralisme alternatif qui pourrait se joindre aux efforts de Chine e Russie, surtout aujourd'hui, dans le paysage afghan controversé. Les discours au sommet de Douchanbé de Vladimir Poutine et Xi Jinping ils semblent pencher dans cette direction. La crise afghane crée une convergence d'intérêts dans la région, notamment du point de vue sécuritaire, et la nécessité de coordonner les efforts pour éviter que Kaboul ne devienne une source d'instabilité dans la région ou ne projette un retour de l'islam radical en Asie centrale. .

Alexandre Gabouev, observateur et analyste international pense différemment et à Ansa il a dit : « L'OCS est une 'coquille vide', malgré la propagande du Kremlin promettant le contraire. La Russie et la Chine ont un dialogue très étroit sur le dossier afghan et l'OCS reste une plate-forme trop faible pour avoir un impact significatif. Au final, l'essentiel, s'il y en a un, empruntera la voie des mécanismes bilatéraux, tant sur l'axe russo-chinois que sur celui vers les pays d'Asie centrale ».

L'OCS, fondée en 2001, dont le siège est à Pékin, a réuni la Russie, la Chine et les anciennes républiques soviétiques à une même table dans le but d'atténuer les risques possibles et l'instabilité dans la région. La Chine a alors tenté de lui donner plus d'importance en proposant une banque d'investissement dans la région, proposition à l'époque combattue par Moscou car elle savait qu'elle ne pouvait pas rivaliser avec la force de l'économie chinoise. La Russie, pour sa part, a plutôt poussé à étendre de plus en plus l'organisation, favorisant l'entrée de Inde e Pakistan et maintenant aussi del'Iran. L 'Afghanistan aujourd'hui, il n'est qu'un observateur et aucun représentant ne s'est assis pour travailler à Douchanbé car le nouveau gouvernement taliban n'a pas encore été reconnu.

L'OCS a besoin d'un vote à l'unanimité et c'est une limite de l'organisation où les décisions unilatérales des États individuels prévalent. Cette fois, Xi Jinping a décidé de ne pas se rendre au sommet en personne, en raison de Covid. "Peu de temps après, par coïncidence, Poutine a également nié sa présence au sommet car il a dû s'isoler face à l'explosion des cas de coronavirus dans son entourage", note Gabuev. "Il me semble que le choix de Poutine montre deux réalités"le SCO n'est pas vraiment si important et si le dirigeant chinois l'a déserté, alors le Kremlin doit répondre de la même manière, pour ne pas donner l'idée d'être en reste".

Organisation de coopération de Shanghai, une nouvelle alternative multilatérale à l'Occident