Syrie: les négociations commencent, sous la médiation de l'ONU, pour chercher une solution politique à la crise

La situation de crise en Syrie, où depuis 2011 a perdu plus de 340 mille personnes depuis mars, devient de plus en plus critique.

Après huit tours de négociations tentées par l'ONU en Genève- dernier en Décembre, où les parties à des conflits régime de Damas et ribelli- ne parviennent pas à se mettre d'accord le principal obstacle représenté par le président syrien Bachar al-Assad futur[1]Aujourd'hui, à Vienne, des journées de négociations 2 sont entamées, sous la médiation des Nations Unies, pour essayer de trouver une solution politique à la crise.

Staffan de Mistura, envoyé spécial de l'ONU, a déclaré que les négociations de Vienne prévoyaient des "délégations complètes" de l'opposition et du gouvernement.

Nasr al-Hariri, représentant de la Commission syrienne pour les négociations, a déclaré que ces réunions seront "un véritable test pour toutes les parties".

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, après avoir souligné l'aggravation considérable de la situation humanitaire à Afrin, où l'offensive militaire turque «Branche d'olivier» est en cours depuis samedi, ainsi qu'à Idlib - où l'armée La Syrie, soutenue par la Russie, a lancé une offensive militaire à la fin de 2017 pour reprendre la dernière zone encore totalement hors du contrôle du régime - et dans la Ghouta orientale, il a déclaré que les pourparlers de Vienne représentaient "le dernier espoir" d'atteindre un solution politique.

Le moment reste très critique.

 

[1] l'opposition insiste pour qu'il quitte la présidence, tandis que les représentants du régime de Damas refusent de rencontrer les rebelles jusqu'à ce qu'ils changent d'avis à ce sujet

Syrie: les négociations commencent, sous la médiation de l'ONU, pour chercher une solution politique à la crise