Travail intelligent ? Oui, mais avec les outils et le réseau de l'Administration

Vues

Le fonctionnaire en travail intelligent il devra alterner le travail agile avec celui en présence pour que le travail de bureau soit toujours prédominant. Alors sur les lignes directrices concernant le travail à distance présentées hier aux syndicats par le ministre de l'Administration publique Renato Brunetta. Le mode agile doit garantir « L'invariance des services rendus aux utilisateurs » et donc l'efficacité du service.

Brunetta a parlé de "un grand pas vers un travail agile structuré«Et il a rappelé que les 32 31 administrations publiques auront jusqu'au XNUMX janvier pour préparer les plans, c'est-à-dire les plans intégrés d'activité et d'organisation qui comprendront également des projets de travail agiles. En attendant, la comparaison pour le renouvellement du contrat des Fonctions Centrales avance à grands pas travail intelligent ouvrira la voie aux autres contrats.

Selon le dernier projet présenté aux syndicats les différences entre le travail agile et le travail à distance il aura plus de contraintes sur le front des horaires et le lieu de travail mais aussi une plus grande protection en matière de repos, d'heures supplémentaires et de bons repas - non prévus aux jours de travail agile.

La prochaine rencontre entre Aran et les syndicats est prévue le mardi 26. En pratique, ce seront donc les administrations individuelles qui évalueront combien de travailleurs seront capables de travailler intelligemment selon les types de travail et de services, mais si le travail de bureau doit être répandu dans un mois sur 22 jours ouvrables, il ne devrait pas être possible pour un employé de faire plus de 10 jours sur une base intelligente.

Les lignes directrices précisent également que la durée de la plage d'inopérabilité - la déconnexion connue - doit être d'au moins 11 heures consécutives comme l'exige le contrat "pour la récupération des énergies psychophysiques". Pour effectuer un travail agile, il sera nécessaire de conclure un accord individuel avec l'administration à laquelle on appartient par écrit dans lequel la durée de l'accord doit être établie, la modalité d'exécution du travail en dehors du lieu de travail habituel avec des indication des jours de travail à effectuer sur site et à distance, les modalités de retrait et les temps de repos.

Les modalités d'exercice du pouvoir managérial et du contrôle de l'employeur sur la performance agile seront alors définies. L'exécution du travail en modalité agile est effectuée sans contrainte de temps dans le domaine des heures maximales de travail journalier et hebdomadaire établies par le contrat national de travail. L'employé peut dans tous les cas demander l'utilisation des autorisations horaires prévues par les conventions collectives ou par les lois telles que les autorisations pour des raisons personnelles ou familiales particulières, les autorisations syndicales ou celles de la loi 104/1992.

En revanche, il n'est pas possible de faire des heures supplémentaires, des déplacements, des travaux défavorisés et des travaux effectués dans des conditions à risque lors des journées de travail agile.

Dans les directives, il y a un chapitre consacré à conditions technologiques nécessaire à ce mode de travail dans lequel il est souligné que le travailleur ne peut pas utiliser la ligne domestique pour des raisons de service. « Le travailleur doit disposer d'un équipement technologique adapté. Pour accéder aux applications de votre établissement, vous ne pouvez utiliser que la connexion Internet fournie par l'employeur. En aucun cas, un compte personnel ou domestique de l'employé ne peut être utilisé pour des activités de service ordinaire" .

Enfin, les directives du ministère soulignent les différences avec le travail à distance qui maintient des contraintes de temps même s'il est effectué "dans un endroit approprié différent du bureau auquel l'employé est affecté". Elle est réalisée avec des appareils fournis par l'administration et peut être réalisée en télétravail à domicile, ou en coworking ou en travail décentralisé depuis des centres satellites.

Travail intelligent ? Oui, mais avec les outils et le réseau de l'Administration