Sondrio. Opération « Ma Zone »

La Police Nationale de Sondrio, dans le cadre d'une enquête dirigée par le Ministère Public de Sondrio, a mis en œuvre 21 mesures conservatoires (15 détentions préventives en prison et 6 mesures conservatoires d'assignation à résidence) à l'encontre de sujets de nationalité italienne et marocaine, tenus responsables de délits. de détention, de transport et de vente illicites de substances stupéfiantes.

L'exécution des mesures a eu lieu simultanément dans diverses régions d'Italie avec la collaboration du secteur de la police des frontières de Tirano et des escouades mobiles de Sondrio, Milan, Vérone, Bergame, Varèse, Pavie, Sassari et Syracuse. Au cours de l'enquête, 4 sujets ont été arrêtés en flagrant délit et environ 2 kg de substances stupéfiantes, dont de l'héroïne, de la cocaïne et du haschich, ont été saisis.

Le phénomène du soi-disant trafic de drogue dans les bois est devenu préoccupant au fil des années, en raison de son extension dans la région de la Valteline, en particulier dans la basse vallée, et en raison des difficultés d'investigation dues à la clairvoyance des responsables privilégiés. par les caractéristiques des lieux dans lesquels elle est réalisée.

L’enquête, ouverte en mars 2023, avait pour objectif précis d’attaquer ce phénomène dans ses fondements, de reconstituer les circuits d’approvisionnement et les responsables, puis d’identifier et d’arrêter les auteurs de certaines activités de commerce de détail.

C'est pour cette raison que de nombreux et longs services d'observation des lieux de trafic de drogue ont été soigneusement planifiés et mis en œuvre, combinés à des services d'observation répétés des suspects qui gravitaient dans diverses régions de la Lombardie.

L'activité de traque et d'observation, ainsi que les écoutes téléphoniques, très difficiles en raison des changements constants dans les comptes, toujours enregistrés à des sujets fictifs, ont permis de comprendre les habitudes criminelles et personnelles des suspects, de pénétrer dans le système illicite et reconstituer l'activité systématique de trafic de stupéfiants pratiquée dans les forêts de la Valteline, en particulier dans les zones de Caiolo, Postalesio et Bema.

Ces lieux étaient divisés en zones bien définies par deux groupes de trafiquants de drogue (groupe Bema et groupe Caiolo), bien coordonnés entre eux. L'enquête a en effet mis en évidence les liens entre les deux groupes de trafiquants de drogue qui, pour augmenter leur chiffre d'affaires ou satisfaire des besoins mutuels, se garantissaient une assistance mutuelle, allant même jusqu'à s'approvisionner en stupéfiants si l'un des deux groupes se retrouvait sans ressources.

Grâce également à l'observation patiente, de nombreux trajets Bema-Caiolo et Caiolo-Bema ont été observés et reconstitués, organisés et réalisés grâce à la compétition de chauffeurs rencontrés de temps en temps en fonction des disponibilités. En plus de constater qu'à de nombreuses reprises, les trafiquants de drogue Bema et Caiolo ont quitté Milan ensemble et sont arrivés ensemble en Valteline, en utilisant les mêmes transporteurs.

L'enquête a également permis d'identifier une série de sujets qui, à divers titres, ont facilité le trafic de drogue, contribuant ainsi à l'activité illicite.

Tout d'abord, les soi-disant « transporteurs », payés pour accomplir cette tâche, c'est-à-dire ceux qui, à diverses occasions, ont accompagné les trafiquants de drogue de Milan à la Valteline, jusqu'aux lieux désignés pour le commerce de détail, le stockage et la dissimulation de la drogue. , de l'argent et des outils ou accessoires utiles aux activités de trafic de drogue. Pour accomplir cette tâche, les transporteurs recevaient une compensation en argent ou en substances stupéfiantes.

Par ailleurs, plusieurs sujets ont été identifiés qui ont effectué un travail d'assistance, avec diverses méthodes et conduites, au trafic de drogue et aux trafiquants de drogue marocains : fourniture d'un abri aux suspects en cas d'intempéries, introduction de substances coupantes pour le stupéfiant dans le bois, livrant aux revendeurs toutes sortes de produits alimentaires (par exemple pizza, kebab, bière, champagne, etc.).

Il s'agit d'apports conscients, essentiels à l'activité de trafic de drogue, qui ont été garantis par des sujets originaires pour la plupart de la Valteline, avec une connaissance approfondie du territoire et une disponibilité facile et immédiate des moyens et des ressources à mettre à la disposition des trafiquants de drogue marocains, sur condition de recevoir de leur part, en échange, des paiements en argent ou en substances stupéfiantes.

L'enquête, dirigée par le parquet de Sondrio et menée avec patience et grand professionnalisme par la brigade volante locale, s'est conclue au début de l'été de cette année, avec la formulation d'une demande détaillée de mesure conservatoire par le parquet. , pleinement accepté par le juge d'instruction du Tribunal de Sondrio.

L'exécution des 21 mesures de précaution et l'ensemble de l'opération ont concerné les territoires de différentes provinces du nord et du sud de l'Italie. De l'argent liquide, des armes et des substances stupéfiantes (cocaïne, héroïne et haschisch) ont été saisies, toutes à la disposition des trafiquants de drogue. Par ailleurs, au cours de la phase de mise en œuvre des mesures, 3 individus ont été arrêtés de manière flagrante (dont 2 n'ont pas fait l'objet de mesures conservatoires) pour détention en vue du trafic de drogue. A l'issue des formalités rituelles, les capturés étaient conduits dans différentes prisons, à la disposition des autorités judiciaires.

De plus amples détails seront fournis lors de la conférence de presse qui se tiendra à 11h00 à la Préfecture de Police.

Sondrio. Opération « Ma Zone »

| CHRONIQUES |