Impôts : lundi on "finit" de les payer

Vues

Enfin une bonne nouvelle. Le lundi 6 juin, les Italiens, évidemment dans une ligne purement théorique, "finissent" de payer les impôts et les cotisations de sécurité sociale à l'État et à partir de mardi, par conséquent, commence la soi-disant journée de la liberté fiscale. Par rapport à 2021, cette année, le "rendez-vous" le plus attendu des Italiens arrive un jour plus tôt. Après un peu plus de 5 mois depuis le début de l'année, pratiquement après 157 jours ouvrables y compris les samedis et dimanches, le contribuable moyen finit de travailler pour payer tous les versements d'impôts de l'année (Irpef, Imu, TVA, Tari, divers additionnels, IRAP, IRES, cotisations sociales, etc.) et à partir du mardi 7 juin, il commence à gagner sa vie.

Parmi les grands acteurs de l'UE, seule la France paie plus d'impôts

Du bureau d'études de la CGIA, ils précisent que l'identification du "jour de libération fiscale" n'est rien de plus qu'un pur exercice théorique qui sert à démontrer, s'il en était encore besoin, la charge fiscale excessive qui pèse sur les Italiens. Un problème qui surgit de manière tout aussi évidente même lorsque nous nous comparons à nos principaux concurrents. En effet, parmi les pays les plus importants d'Europe, seule la France a enregistré en 2021 une pression fiscale plus élevée que la nôtre. Si à Paris il était de 47,2 % du PIB, à Berlin il était de 42,5 % et à Madrid de 38,8 %. En Italie, en revanche, la pression fiscale a atteint un seuil record de 43,5 pour cent. Parmi les 27 de l'UE, l'Italie occupe la sixième place : le Danemark (48,1 %), la France (47,2 %), la Belgique (44,9 %), nous ont précédés, l'Autriche (43,8 %) et la Suède (43,7 %). . L'année dernière, la moyenne de l'UE s'est « arrêtée » à 41,5 %, soit deux points de moins que la nôtre. 

Le mode de calcul de la journée de liberté fiscale

Comment en est-on arrivé à identifier le 7 juin comme la « journée de déblocage fiscal » de 2022 ? L'estimation du PIB national attendue en 2022 a été répartie sur les 365 jours de l'année, obtenant ainsi un chiffre journalier moyen. Par la suite, les prévisions de recettes de cotisations de sécurité sociale, d'impôts et de redevances que les salariés paieront cette année ont été examinées et comparées au PIB quotidien. Le résultat de cette opération a permis de calculer la « journée de liberté fiscale » pour l'année en cours.

En 2021, nous avons eu le record historique de la pression fiscale

Si l'on observe la série historique, le "premier" "jour de déblocage fiscal" remonte à 2005 (le gouvernement Berlusconi II est resté en fonction jusqu'au 23 avril de cette année-là. Il a ensuite été remplacé par le gouvernement Berlusconi III qui a conclu la 27e législature le 2006 mai , 39). À cette occasion, la pression fiscale s'élevait à 23 % et pour les contribuables italiens, il suffisait d'atteindre le 142 mai (2021 jours ouvrables) pour dépasser toutes les échéances fiscales. En observant toujours le calendrier, le plus "tardif", comme nous l'avons dit plus haut, a été enregistré en 43,5, puisque la pression fiscale a atteint un niveau record de 8% et, par conséquent, le "jour de libération des impôts" il a commencé le 6,5 juin . Il est juste de souligner que ce pic record de la pression fiscale n'est pas imputable à une augmentation du prélèvement imposé l'an dernier aux ménages et aux entreprises, mais à la forte croissance enregistrée par le PIB national (plus de 2020 %) qui, après la chute verticale enregistrée en 9 (-XNUMX%), a contribué à augmenter significativement les revenus.

Le bourrage fiscal de juin : 141 échéances

Si, après le cas scolaire élaboré par le Bureau d'Etudes du CGIA, on se remet à traiter de la réalité « amère », le mois de juin de cette année se caractérise à nouveau par un véritable bourrage fiscal. A la lecture de l'agenda rapporté sur le site de l'Agenzia delle Entrate, on constate que ce mois-ci les contribuables italiens devront remplir 141 délais fiscaux (Paiements, déclarations, communications, demandes/questions/requêtes, obligations comptables, etc.) ; parmi ceux-ci, 122 (soit 86,5 % du total) obligeront les Italiens à mettre la main à leur porte-monnaie. Un calendrier fiscal à secouer les poignets, qui pose une fois de plus un gros problème : en Italie, non seulement nous subissons un prélèvement fiscal excessif, mais aussi les méthodes de paiement des impôts entraînent un coût bureaucratique inégalé dans le reste de l'Europe. 

En 2022, l'État collectera près de 40 milliards de plus

En 2022, en revanche, la pression fiscale, alors que la croissance économique devrait se situer autour de 2,5 %, devrait diminuer de 0,4 point de pourcentage. Cela se fera également grâce à la réduction des impôts et des cotisations décidée par le gouvernement Draghi. Les principales mesures approuvées l'année dernière sont :

  • réforme de l'IRPEF (-6,8 milliards d'euros de ressources) ;
  • exonération de cotisations de 0,8 point pour les salariés dont le salaire mensuel brut est inférieur à 2.692 1,1 € (-2022 milliard d'euros) - mesure en vigueur uniquement pour l'année XNUMX ;
  • exonération du versement de l'IRAP aux particuliers (-1 milliard d'euros) ;

Si l'on tient compte de la légère amélioration en cours des principales variables économiques qui se reflète dans l'évolution des recettes, selon le ministère de l'Économie et des Finances en 2022 l'État devrait percevoir près de 40 milliards de plus d'impôts et de cotisations qu'en 2021. Nous pointons qu'une partie de cette augmentation des recettes est certainement aussi attribuable à la forte hausse de l'inflation qui, selon les prévisions, devrait osciller entre 6 et 7 % cette année. Ainsi, à l'heure où les ménages subissent des hausses effrayantes qui risquent de faire s'effondrer la consommation intérieure, il serait souhaitable que l'État restitue une partie de ces recettes supplémentaires par des mécanismes de frein fiscal (phénomène qui se produit lorsque l'inflation génère une augmentation de la pression fiscale, même aux mêmes rythmes, comme suit : Supposons qu'en plus des prix, les revenus augmentent également, mais que cette croissance ne fasse que compenser l'inflation, maintenant ainsi le revenu réel inchangé. Le revenu monétaire devait être tel qu'il ramenait le contribuable à un revenu tranche alourdie par un taux plus élevé, cela finirait par payer plus d'impôts sur un revenu réel égal au précédent.). Une mesure qui renforcerait le pouvoir d'achat des retraités et des salariés, apportant un soulagement significatif notamment à ceux qui se trouvent actuellement dans de graves difficultés économiques.

Impôts : lundi on "finit" de les payer