Une vie sociale, campagne de la police postale pour une utilisation d'Internet: première étape, Sanremo

La musique? Les jeunes d'aujourd'hui l'écoutent presque uniquement en déplacement, en utilisant les outils dont ils disposent entre leurs mains la majeure partie de la journée. Selon une enquête réalisée par Skuola.net  pour Una Vita da Social - la campagne itinérante pour une utilisation correcte de l'internet de la police postale qui, de nos jours, s'arrêtera à Sanremo - sur 6500 enfants entre 11 et 20 ans, plus de 7 adolescents sur 10 utilisent principalement les smartphones (70% ) et comprimés (3%).

Adieu, par conséquent, aux chaînes traditionnelles: l’autoradio se limite à 4%, le système stéréo 3% classique, sans télévision (1%). Au coucher du soleil, même le joueur mp3 (3%) qui, du moins chez les très jeunes, semble avoir déjà fait son temps. Une vague anormale résiste uniquement à l'ordinateur (9%).

Nous sommes confrontés au domaine du numérique, cela ne fait aucun doute. De plus, la plupart des garçons, quand ils veulent entendre une chanson, ne perdent pas de temps à la télécharger du Net (le 9% est resté pour le faire). Ceux qui l'achètent dans les magasins en ligne sont encore moins nombreux (3%). Donc, il y a le streaming. Pour exploiter les divers services disponibles, plus de 8 young sur 10: 47%, presque la moitié, préfère se concentrer sur la musique et utiliser des plates-formes comme Spotify et similaires; 34%, à la place, opte pour les clips vidéo se connectant avant tout à Youtube.   

Streaming qui, cependant, est presque toujours consacré aux économies. Puisque 43% disent n'utiliser que les versions gratuites des différentes applications et 18% partagent le coût de l'abonnement avec leurs amis et parents en s'abonnant à plusieurs profils d'accès. 5%, en revanche, ont accès à la version payante incluse dans l'offre de leur opérateur téléphonique. En fin de compte, moins de 1 sur 5 - 18% - paient pour le service seul. Alors qu'il y a même ceux (16%) qui traversent l'illégalité et obtiennent des codes d'accès et des versions «piratées» des applications.

Donc, au final, il est presque évident que seuls 40% des gars pensent qu’aujourd’hui est encore pratique pour acheter de la musique: 32% croit qu’il est essentiel de soutenir les maisons de disques et les artistes, XNXX% pour un sens. de la légalité. Et les autres? 8% ne voit pas la raison de dépenser de l'argent en musique quand il y a tant de façons de l'écouter gratuitement, le 53% pense qu'il y a déjà assez d'argent dans l'industrie du disque.

 

Une vie sociale, campagne de la police postale pour une utilisation d'Internet: première étape, Sanremo