Volpi sur les préoccupations des Lamorgese: "Sur l'automne chaud, écoutez le Parlement"

Vues

"Les déclarations du ministre de l'Intérieur La Morgese sur d'éventuelles tensions sociales à l'automne doivent être sérieusement envisagées en provenance de la haute autorité politique du département auquel appartiennent des systèmes solides et professionnels de veille et de prévention. Dans de telles éventualités indésirables, les considérations conséquentes de responsabilité informative et opérationnelle seront renvoyées au ministère de l'Intérieur. Nous pensons également que face à d'éventuelles situations critiques, telles que celles identifiées par le ministre de l'Intérieur, il est inapproprié de trouver le pays avec une combinaison anormale et mal comprise d'éventuels problèmes sociaux complexes et des pouvoirs spéciaux du Premier ministre avec une éventuelle extension de l'État. d'urgence. Dans un périmètre correct des rôles politiques et institutionnels entre le gouvernement, la majorité et l'opposition, nous pensons que les critiques probables et possibles doivent trouver une comparaison et des solutions dans une confrontation institutionnelle immédiate, consciente et normale, faisant pleinement du Parlement la plus haute institution de la démocratie italienne " .
Donc dans une note Raffaele Volpi député de la ligue et président de la commission parlementaire pour la sécurité de la république (Copasir).

Le ministre de l'Intérieur Lamorgese inquiet d'un possible "automne chaud italien"

La ministre de l'Intérieur, Luciana Lamorgese, s'inquiète d'un éventuel «automne chaud italien» et braque les projecteurs sur le risque de tensions sociales à l'automne. Donc à Agorà Estate sur Rai 3: "C'est concret car en septembre-octobre nous verrons les résultats de cette période de grave crise économique. On voit des magasins fermés, des citoyens qui n'ont même pas la possibilité de subvenir à leurs besoins quotidiens. Le gouvernement a mis en place toutes les initiatives nécessaires pour répondre à ces besoins, le risque est réel et je vois une attitude de violence contre la police qu'il faut absolument condamner ».

Les inquiétudes du ministre concernant les forces de l'ordre: "Les forces de l'ordre protègent l'ordre démocratique et bien souvent cela n'est pas compris en ces termes, ces comportements violents envers ceux qui nous protègent sont absolument à condamner"

Alors que le Premier ministre Conte revient sur le comportement des Italiens: "J'ai une attitude de confiance. Il faut de l’attention mais aussi de la confiance. En ce moment, les citoyens italiens doivent affronter la reprise des activités économiques, sociales et culturelles avec tranquillité, en respectant les quelques règles de distanciation ».

Comptez sur le retour de la pandémie

Conte dans une interview avec la chaîne espagnole Nius Il dit: "Certains experts expliquent une deuxième vague de coronavirus. Je ne sais pas si ça arrivera aussi parce que je ne suis pas un scientifique et je comprends que les prédictions sont difficiles. Je dis juste que s'il devait y avoir une nouvelle vague, l'Italie est équipée pour la garder sous contrôle ".

Sull 'économie et réformes le premier ministre a déclaré: "Aujourd'hui, la discipline fiscale est injuste et inefficace, nous devons la réformer et à la fin, lorsque nous rationaliserons, nous pourrons également alléger la charge fiscale, dans la mesure où elle est juste. La situation est d'une telle incertitude qu'il n'y a pas de mesure unique sur laquelle parier. La TVA peut aussi être une solution, mais la réduire coûte très cher. L'hypothèse sur laquelle nous travaillons est de connecter une légère baisse de la TVA, si quelque chose de temporaire. Nous pourrons récupérer une économie partiellement submergée, où tout le monde paie des impôts, tout le monde paie moins ». 

 

Volpi sur les préoccupations des Lamorgese: "Sur l'automne chaud, écoutez le Parlement"