Criminalité et sécurité nationale

Vues

Sur le'Eurispes.it, l'article publié par l'Observatoire de la sécurité, dirigé par le général Pasquale Preziosa et les deux vip-présidents, Giovanni Russo et Roberto De Vita. Les idées proposées pour comprendre un phénomène actuel qui pourrait saper, de la manière la plus profonde et endémique, la sécurité d'un même État sont très intéressantes.

Selon Adam Smith, la richesse sert, tout d'abord, à augmenter les niveaux de sécurité des nations individuelles. À mesure que le niveau de richesse d'un pays diminue, les niveaux de risque pour la sécurité nationale augmentent.

Face à un effondrement vertical du PIB et à une profonde récession, il est certain que le seul instrument de contention est représenté par la main publique à travers le multiplicateur keynésien de l'investissement - toute augmentation de la composante autonome de la consommation ou des investissements génère une augmentation des revenus national cinq fois plus élevé que l'augmentation initiale.

Cependant, à côté de la main publique, il y a une "main invisible", non pas celle de la Smithian, mais celle de la corruption, qui ne multiplie pas la richesse mais l'assèche, appauvrissant encore plus les citoyens et l'Etat.

La corruption dans l'administration publique est la principale cause de la dégénérescence du comportement éthique d'un pays et de l'utilisation inefficace des ressources financières publiques.
Les infiltrations de la mafia dans la bureaucratie d'État et, plus généralement, dans le système de passation des marchés publics restent un problème national pour notre pays, malgré le travail judiciaire considérable accompli et en cours.
Le phénomène de la corruption et celui du crime organisé trouvent souvent le point de soudure dans l'exécution des marchés publics de travaux.
Une analyse attentive des procédures utilisées par l'Autorité palestinienne doit être effectuée: l'identification des voies de recours possibles apparaît indispensable pour "assurer le bon fonctionnement et l'impartialité de l'administration" (Const. Art. 97).
Le sujet est vaste et les profils sur lesquels intervenir sont multiples.
Voici une première série de réflexions. Les points essentiels du contrat de travaux publics, en vertu de la législation actuelle, peuvent être résumés comme suit:
- la planification;
- l'avis d'appel d'offres de l'AP;
- l'offre de proposants;
- les exigences des soumissionnaires et les méthodes de vérification de la meilleure offre;
- l'exécution des travaux et leur conformité à l'état de l'art;
- variations en cours;
- réserves de l'entrepreneur;
- qualité finale du travail;
- temps de réalisation.

Les principaux problèmes rencontrés lors de l'appel d'offres ou lors de l'exécution des marchés publics peuvent être résumés comme suit:

- conception de mauvaise qualité;
- les variations en cours de construction conduisent, dans la majorité des cas, à une augmentation constante et anormale des coûts, souvent soutenue par des raisons spécieuses ou bancales sinon artificielles;
- le paiement des rapports d'avancement des travaux (SAL), qui ne correspondent pas toujours à l'avancement réel des travaux;
- les réserves de l'entrepreneur qui rendent souvent la relation avec le client difficile;
- le critère d'attribution prévalant, basé sur l'offre économiquement la plus avantageuse, suppose un niveau technique élevé de la commission des marchés que les administrations ne sont pas toujours en mesure de garantir;
- le gagnant de l'offre a droit à une avance de 10% avant le début des travaux; obtient d'autres financements de l'AP pendant la construction en fonction des progrès; acquiert un financement supplémentaire pour les variantes pendant la construction. Seuls 10% du coût des travaux constituent un solde de garantie pour l'État.

Les variations en cours constituent les maillons faibles du système, en ce qu'elles imposent des modifications de conception dont les coûts peuvent fortement déséquilibrer la stabilité économique et financière de l'ouvrage dans son ensemble et, souvent, masquer la surcharge de corruption.
Grâce à ces variantes, le coût total des infrastructures peut augmenter de façon spectaculaire et les exemples de travaux publics dont les coûts ont beaucoup augmenté au fil du temps sont malheureusement nombreux.
Lancer un ouvrage public dont les coûts - en raison des variations en cours - ne sont qu'indicatifs et, presque toujours, déterminés par défaut, signifie saper, en termes de rentabilité et d'efficacité, toute forme de planification étatique, avec effets très négatifs sur la sécurité nationale.
Le paiement du solde des travaux à l'issue du test de 10% ne semble pas constituer une garantie suffisante pour la réussite du contrat, car il est marginal par rapport aux sommes perçues par l'entreprise pour les variations en cours.
Le contrat de travaux publics, conformément à la législation en vigueur, ne garantit donc pas les exigences prévues par les règles relatives à la bonne procédure administrative au moins en termes d'efficience et d'efficacité économiques (les autres éléments sont l'impartialité, la publicité et la transparence).
Compte tenu de la récession actuelle et de la nécessaire revitalisation économique du pays, il est urgent que l'Autorité palestinienne identifie de nouvelles règles efficaces pour la planification des infrastructures, pour relancer l'économie et pour non-bureaucratiser le système des marchés publics de travaux.
Les principes d'économie et d'efficacité ne peuvent être mis en œuvre que si les nouvelles règles sont simples, linéaires et valables.
La prémisse des nouvelles règles doit être la ponctualité de l'AP dans le solde du prix des travaux, lorsqu'ils sont acceptés. La lenteur actuelle de l'Autorité palestinienne à payer ses dettes - environ 30 milliards d'euros - aux particuliers est préjudiciable à l'économie du pays et aux entreprises.
L'administration qui a intérêt à créer une œuvre publique divulguera publiquement les besoins et acceptera les offres du marché.
L'outil de financement de projet doit être privilégié, dans la mesure du possible, car ce cas permet au contractant de conclure le plus rapidement possible les travaux.
En outre, une attention particulière devrait être accordée à la vérification des exigences commerciales (les programmes adéquats et sains) et les aspects économiques et financiers des opérateurs économiques.
Les travaux doivent respecter les règles de l'art et les délais de livraison - sauf cas de force majeure - sous peine de déchéance du contrat.
Ces règles simples permettraient d'engager un processus visant à redonner identité et rôle à l'Autorité palestinienne qui assumerait la véritable fonction de contrepartie contractuelle des entreprises.
Mais surtout, nous irions donner de la dignité et de la valeur aux entreprises qui ont derrière elles une histoire de capacité, de solidité et de moralité.
L'aspect le plus important concernera la sécurité nationale, qui bénéficiera d'une utilisation plus efficace des ressources financières à utiliser pour des systèmes de contrôle et de vérification préventifs efficaces. ex post, atténuant, à la baisse, les niveaux de risque à la fois de corruption et d'infiltration du crime organisé.
L'Autorité palestinienne allégerait une grande partie des charges bureaucratiques liées à l'exécution du marché de travaux publics, se limitant à établir uniquement les points clés des exigences requises pour les travaux tels que, par exemple, la correspondance matérielle et temporelle de l'artefact avec ce qui a été établi.
Toute responsabilité et toute charge pour l'exécution des travaux incomberaient uniquement et exclusivement à l'entreprise à laquelle, par conséquent, des exigences historiques de capacité, de solidité et de moralité sont requises.

Cela créerait une nouvelle relation fiduciaire public-privé pour la relance des infrastructures du pays, dans le but de garantir que ce que le public donnera ne sera pas volé à la main invisible de la corruption et du crime organisé.

Criminalité et sécurité nationale