Hotspot s'effondrant, Lamorgese: «Moment difficile». De Felice (Lega): "Accords immédiats avec la Libye et la Tunisie"

Vues

(par Massimiliano D'Elia) Chaque jour, il y a un véritable assaut sur nos côtes. 350 sont arrivés ce soir avec les célèbres bateaux fantômes, 85 autres ont été secourus par les garde-côtes dans des eaux non sous juridiction italienne, dans le silence assourdissant de Malte, de la Libye et de la France qui ont ignoré les appels de détresse, 60 ont été sauvés à l'extrême de leurs forces, rapporte Alarm Phone. En attendant, il y a de nouvelles tentatives pour s'échapper des premiers centres de collecte siciliens, malgré le fait que la sécurité a été renforcée par la présence des militaires. "Le moment est en fait difficile, déclare le ministre de l'Intérieur Luciana Lamorgese. Ces arrivées continues sont inacceptables, nous faisons tout notre possible ". Le ministère de l'Intérieur évoque un contexte sans précédent dû au coronavirus et à la crise économique qui en a résulté qui a particulièrement affecté l'économie touristique tunisienne. Lampedusa bout, avec l'effondrement des hotspots où les migrants sont accueillis dans un surplus vraiment embarrassant. Avec 95 places disponibles, certains centres en accueillent plus de 1000 XNUMX. Le ministre des Affaires étrangères a également haussé le ton Luigi Di Maio« Je demande à l'UE de donner une réponse, dans une phase où le risque sanitaire est très élevé, nous nous attendons à ce que la redistribution recommence immédiatement. En Italie, la sécurité sociale est menacée ".

L'amiral de div. (rés.) Nicola De Felice, désormais leader de la Lega dans le Latium, fait le point sur la question des migrants: "Nous sommes maintenant arrivés à une situation qui n'est plus durable. Il est impératif de prendre des mesures pour s'assurer que des accords sont signés avec les gouvernements de la Libye et de la Tunisie pour réglementer les patrouilles conjointes dans leurs eaux territoriales et les activités de débarquement ultérieures à l'intérieur de leurs frontières. Il n'y a pas lieu d'hésiter à appliquer des mesures persuasives également de nature économique en cas d'opposition à la résistance. C'est une urgence, celle de l'immigration clandestine, qui concerne également une question de sécurité nationale étant donné que des centaines d'anciens «combattants étrangers» de l'Etat islamique arrivent en Italie depuis la Tunisie. Quant au front des Balkans, le règlement de Dublin doit être appliqué et les immigrés clandestins doivent être renvoyés immédiatement en Slovénie et en Croatie.". De Felice, précise qu'une fois les migrants rapatriés, "c'est à l'ONU de vérifier qui échappe réellement à la guerre (et a donc le droit de demander l'asile politique) et qui migre à la place pour d'autres raisons, les renvoyant dans leur pays d'origine ".

En pleine situation d'urgence migratoire, le Sénat votera aujourd'hui sur la demande de la cour des ministres de Palerme de juger le chef de la Ligue, Matteo Salvini pour enlèvement, en référence à l'affaire Open Arms où 150 migrants ont été détenus à bord du navire pendant 20 jours au large des côtes italiennes. Un exemple unique au monde où un ministre de la République est traduit en justice, sauf surprise, pour avoir exercé ses fonctions. Maintenant, le gouvernement organise deux paquebots de croisière "lazaret" pour isoler les migrants pendant la quarantaine, ah vrai ... .. aujourd'hui nous sommes dans un "état d'urgence" ... .. où tout est possible. Personne ne sera jamais accusé d'enlèvement pour avoir enfermé des migrants dans les premiers centres d'accueil où, devant 95 places, il y en a plus de 1100 XNUMX. Et les droits de l'homme? Silence absolu… !!!

Hotspot s'effondrant, Lamorgese: «Moment difficile». De Felice (Lega): "Accords immédiats avec la Libye et la Tunisie"