🎤 Le «canular sans cœur» augmente les factures d'électricité et cela devrait être approfondi

Vues

La dangerosité des «fausses nouvelles» de plus en plus courantes qui conduisent souvent à une sorte de terrorisme médiatique et psychologique menace de déclencher des réactions en chaîne inquiétantes, très difficiles à contrôler, notamment dans les cas où elles s'appuient sur l'insatisfaction grandissante de la population il se sent de moins en moins protégé par ceux qui nous gouvernent.
Grâce aux technologies actuelles, la diffusion de nouvelles de fiabilité douteuse, qui peut se répandre avec une effrayante rapidité et efficacité, est très fréquente, risquant très souvent de déclencher de véritables psychoses sinon même des soulèvements populaires qui peuvent parfois même provoquer des actions imprudentes par les victimes de ces escroqueries réelles.
C'est le cas de la récente chaîne diffusée sur WhatsApp ces derniers jours et concernant le canular ou allégué, renvoyé à de grosses sommes non payées par un nombre considérable d'utilisateurs pour la fourniture de service d'électricité, et dont les arriérés ont été redistribués à tous d'autres utilisateurs, ceux-ci parfaitement en conformité avec leurs paiements.
Ceci est dû à une résolution d'Arera, l'Autorité de l'électricité et du gaz, qui est également responsable des déchets de la 2018. Le texte indique qu'une partie des coûts systémiques généraux des factures en circulation depuis le 1er janvier, 2016 doit être couverte par les clients finaux et non par les sociétés de vente comme prévu dans le passé. Un compte d'environ 200 millions d'euros qui envoie globalement à la rage différentes associations de consommateurs, qui le prennent ouvertement avec Arera, rea selon eux, pour avoir émis cette résolution. En réalité, l'Autorité susmentionnée n'avait pas le choix. Le Conseil d'Etat, avec l'arrêt 2186 / 2016, a en effet annulé la résolution d'Arera qui imposait aux vendeurs, et non aux clients finaux, la couverture des frais non payés par les défaillants. Le TAR de Lombardie a ensuite réitéré ce principe dans quatre autres phrases, se référant précisément au Conseil d'Etat établi. Par conséquent, la récente résolution ne fait que se conformer à une jurisprudence bien établie dans ce domaine. Concernant le dangereux "soulèvement populaire" récemment diffusé sur les médias sociaux, Codacons lance l'alerte: "Un message très dangereux car il invite également à ne pas payer la facture en attendant une phrase non précisée du TAR, et à réduire ces 35 euros du bulletin postal. C'est un canular à tous égards, qui ne repose que partiellement sur un aspect réel ".
À cet égard, sur les réseaux sociaux et par des chaînes réelles mis en circulation des messages sur les téléphones mobiles de millions d'Italiens, il a été annoncé une charge de EUR 35 sur le fournisseur d'électricité de la facture Avril. Cette taxe était destinée à couvrir les dettes des utilisateurs défaillants, c'est-à-dire ceux qui n'ont pas payé leurs factures d'électricité.
Mais qu'est-ce que cela "ne repose que partiellement sur un aspect réel" avec lequel Codacons ferme sa note sur cette affaire?
Le message diffuse ainsi une fausse information, déformant un vrai fait.
Le canular se réfère au fait que l'Autorité pour l'électricité, le gaz et les déchets (Arera) a approuvé ces derniers jours une résolution qui permettra aux distributeurs légers de récupérer certaines créances douteuses à travers les factures de tous les consommateurs.
En effet, selon les consommateurs, la décision de l'Autorité sur l'énergie vise à répartir les arriérés sur les utilisateurs finals, mais uniquement en ce qui concerne les redevances d'utilisation non payées par les opérateurs aux distributeurs d'énergie.
Ce principe, selon Codacons, manifestement injuste parce que, au-delà des montants et la taille des marges dans le projet de loi, se répand sur les consommateurs honnêtes des dettes accumulées sur les factures d'électricité. Précisément dans ce sens, le Codacons prépare un appel à la RAT de Lombardie, où ils feront appel de l'Autorité pour l'énergie demander l'annulation dans la mesure où les charges aux frais du système communautaire non payés.
En outre, Altroconsumo, expressément cité dans les messages en question comme source de nouvelles, prend ses distances: "Il continue de générer la panique parmi les consommateurs. Parlons des nouvelles qui avertissent les clients en règle avec les factures d'énergie: bientôt, ils devront également prendre en charge les factures impayées des autres utilisateurs défaillants. Pour alimenter la controverse, WhatsApp fait circuler un message qui cite Altroconsumo pour donner des estimations et des conseils erronés: c'est un canular.
Dans le prochain projet de loi, il n'y aura donc pas d'augmentation qui ne soit due à notre propre consommation. Arera a déjà dit que pendant au moins un an rien ne se passera et que, quand le mécanisme commencera, les augmentations seront ridicules et seront attribuées aux frais déjà payés par les distributeurs au GSE et jamais reçus par les fournisseurs.
Tous bien sûr l'annonce ATTENDONS NOMBREUX l'appel Codacons devant le tribunal administratif de Lombardie, dans le but de demander l'annulation de la décision dans la mesure où ce mécanisme de compensation fournit contre les consommateurs.
Qui a inventé le canular, mais, dit-il ne veut pas traiter du projet de loi pure et simple, mais ils vont payer « seulement le montant qui est à moi avec un manuscrit postal avec le montant réduit du montant qui n'est pas à moi. » Une mission impossible, étant donné que pour l'instant il n'y aura pas d'augmentation et, même au démarrage, il sera très difficile, voire impossible, d'identifier le montant exact à réduire.

🎤 Le «canular sans cœur» augmente les factures d'électricité et cela devrait être approfondi