Libye: la Turquie et la Russie ont de plus en plus d'influence alors que l'Italie et l'Europe observent

Vues

Apparemment, l'Italie, mais aussi l'Europe, sont de moins en moins influentes en Libye. Les troupes du général Kalifa Haftar pendant des mois, ils ont eu le soutien sur le terrain par les entrepreneurs privés russes Groupe Wagner (ancien militaire russe), très proche du Kremlin. Ce n'est pas un hasard si les milices de Haftar sont devenues suffisamment incisives pour pouvoir lancer des drones sophistiqués comme celui italien, il y a quelques semaines, qui a été suivi par le meurtre d'un Américain. La crainte est que Haftar entre bientôt à Tripoli, décrétant ainsi la victoire contre le gouvernement provisoire, approuvé par l'ONU, dirigé par Fayez Al Sarraj.

En marge du sommet de Londres Nato, une réunion s'est tenue entre les chefs d'État et de gouvernement de France, d'Allemagne, de Grande-Bretagne et de Turquie le dossierLibye. assez inexplicable l'absence du pays le plus touché, et en même temps le plus touché par les vagues migratoires qui en partent, une à une stabilisation de la Libye. Il parle clairement de laItalie et son Premier ministre Giuseppe Conte, qui n'a envoyé personne pour nous représenter. Notre ministre des Affaires étrangères aurait pu y assister, mais Luigi Di Maio il est toujours plus éloigné des problèmes internationaux, même de ceux - comme le Chaos libyen- qui nous concernent plus étroitement.

A l'issue de la réunion, les quatre chefs d'État auraient signé un déclaration commune« Nos pays soutiennent le travail de l'envoyé du secrétaire général de l'ONU, Ghassan Salamè, pour encourager un processus politique entre les Libyens, facilité par l'ONU" .

Hier, le ministre Di Maio a rencontré le ministre libyen des Affaires étrangères, Mohammed Taher Siyala, à Rome pour participer aux travaux de Rome MED - Diaologues méditerranéens. Le ministre Di Maio a confirmé le soutien de l'Italie au gouvernement d'accord national et au processus politique mené par les Nations Unies, réaffirmant qu'il n'y a pas de solution militaire à la crise. En outre, les deux mémorandums entre le gouvernement d’accord national et la Turquie ont été examinés, également en relation avec leur impact sur le processus de Berlin.

Le Corriere della Sera, à l'issue de la réunion à la Farnesina, a interviewé le ministre libyen, Mohamed Taher Siyala qui a dévoilé un autre nœud où l'Italie montre une préoccupation croissante.

"L'Europe, et en particulier la Grèce, presse l'Italie de nous forcer à annuler notre protocole d'accord avec la Turquie. Évidemment, j'en ai longuement parlé avec Di Maio. C'était le thème central de notre rencontre. Mais les relations libyano-turques ne concernent que Tripoli et Ankara. Personne ne peut interférerLes Italiens sont inquiets. Ils nous disent qu'ils aimeraient être informés de nos démarches, en particulier de cette dernière avec la Turquie, étant donné qu'ils restent nos alliés historiques. Même si leur ambassadeur à Tripoli nous parle tout le temps. Ils savent bien que nous ne pouvions pas attendre: les mercenaires russes aident de plus en plus les forces de Haftar dans le siège de Tripoli».

L'argument est évident, même s'il ne le mentionne pas. L'arrivée récente de soldats russes en Cyrénaïque, on parle d'un nombre indéterminé allant de quelques centaines à peut-être plus de 1.500 XNUMX, bouleverse l'équilibre militaire. Haftar pourrait bientôt entrer à Tripoli. La coalition de milices soutenant Fayez Sarraj a désespérément besoin de l'aide turque: d'où le nouvel accord sur le corridor maritime. Cependant, Siala se limite à décrire le document avec la Turquie comme articulé dans "deux mémorandums" et en des termes très neutres: "Le premier sur la formation et l'augmentation des capacités de l'armée et de la police. Il ne comprend pas l’importation des armes. Le second concerne les accès aux plates-formes continentales respectives, qui étendent les droits de pêche, de trafic et d'exploitation des champs énergétiques ».

Mais que se passe-t-il si l'accord avec la Turquie va à l'encontre de celui de Skhirat, qui a légitimé en 2015 la naissance du gouvernement Sarraj?

"Ce n'est pas vrai. Même s'ils le réclament au Caire ou à Athènes. Mais personne ne peut le dire, pas même nos amis de Rome. Pourtant, les relations bilatérales avec l'Italie restent "excellentes" .

A votre avis, en ce qui concerne l'Italie, y a-t-il des différences entre ce gouvernement et les précédents?

"Nous réexaminons le mémorandum sur l'immigration, où la collaboration italienne reste fondamentale pour essayer de limiter le trafic de migrants. Nous en avons 700 XNUMX potentiellement prêts à partir. Des travaux sont en cours pour arriver, peut-être d'ici janvier, à la tenue de la Conférence sur la Libye à Berlin, où, contrairement aux précédentes à Paris et à Palerme, il n'y aura pas de Libyens, mais seulement les représentants des pays qui s'ingèrent en Libye. Ainsi, nous voudrions bloquer l'arrivée d'armes étrangères et que la guerre soit menée par d'autres sur la peau des Libyens. Une deuxième conférence réservée à tous les Libyens suivra, peut-être en février. Mais il y a la grande limite de l'Europe: l'UE reste divisée, sans politique étrangère commune, sans aucune capacité à agir de manière cohérente".

Libye: la Turquie et la Russie ont de plus en plus d'influence alors que l'Italie et l'Europe observent