L'espace entre dans les écoles, la collaboration entre l'Éducation et l'ESA commence

Vues

Une synergie entre le ministère de l'Éducation et l'Agence spatiale européenne (ESA) pour utiliser les technologies spatiales et satellitaires au profit de l'innovation et de la numérisation dans les écoles. Dans l'intérêt des étudiantes et de tous les acteurs du monde de l'éducation, pour favoriser l'inclusion, l'intégration, le dialogue entre les cultures.

Dans cet objectif, le ministère et l'ESA ont lancé l'initiative conjointe "Innovation spatiale et digitalisation pour l'école de demain". Un projet pour inviter les entreprises européennes du secteur à proposer des idées pour le développement de services basés sur l'innovation numérique intégrée aux technologies spatiales et satellitaires.

L'initiative fait partie de la mise en œuvre du protocole d'intention entre le ministère et l'ESA et de la stratégie connexe, présentée lors d'une journée d'événement dédiée le 31 mai.

Les objectifs communs définis par le Mémorandum sont, sur une période de trois ans : promouvoir l'innovation dans l'éducation et expérimenter de nouvelles solutions pour développer des outils d'apprentissage traditionnels ; soutenir technologiquement les écoles qui ont dû recourir à l'enseignement à distance en raison de l'urgence épidémiologique ; expérimenter de nouveaux environnements didactiques et processus d'apprentissage partagés avec les communautés éducatives, pour augmenter les opportunités de croissance et promouvoir l'inclusion sociale ; partager et capitaliser les expériences acquises à travers les activités entreprises dans la mise en œuvre du Mémorandum.

"Innovation spatiale et numérisation pour l'école de demain" est divisé en trois appels, dans lesquels les opérateurs économiques seront invités à proposer des projets pour appliquer les technologies spatiales et satellitaires à trois secteurs : "Du sport pour tous","L'inclusion sociale","Apprentissage numérique ».

L'appel pour le premier appel, celui dédié au Sport, est ouvert jusqu'au 30 juin 2021. L'objectif est de recueillir des propositions visant, par exemple, à organiser des compétitions sportives en ligne, y compris internationales, pour favoriser la comparaison entre différentes cultures. Mais aussi pour lutter contre les discriminations, en garantissant une activité sportive aux étudiants en situation de handicap, aux personnes démunies ou aux habitants des quartiers dépourvus d'équipements sportifs physiques. Ou, pour permettre une activité physique en extérieur et en toute sécurité, grâce à la géolocalisation, ou en réalité virtuelle ou augmentée. Les propositions seront évaluées par la Commission MI-ESA à partir du 16 juillet et, à la rentrée 2021/2022, en septembre prochain, l'appel pour la sélection des écoles qui seront appelées à participer à l'expérimentation aura lieu endroit.

Pour les trois appels, pour atteindre les objectifs décrits dans le mémorandum - également grâce au partenariat institutionnel entre l'ESA et l'Agence spatiale italienne (ASI) - une annonce d'opportunité (AO) sera lancée pour les petites et moyennes entreprises ou les start-up intéressés de temps à autre, qui pourront proposer des expériences, utilisant des moyens spatiaux intégrés à d'autres technologies et sur la base des objectifs à atteindre conjointement identifiés par l'ESA et le MI.

L'ESA prendra en charge jusqu'à 50 % du coût, jusqu'à un maximum de 1 million d'euros. Dans la mesure où les activités seront menées par des universités et/ou des instituts de recherche sans intérêt commercial pour le produit ou service proposé, ou par des micro, petites et moyennes entreprises, ces activités seront financées par l'ESA à hauteur de 80% , en fonction du niveau de financement autorisé par la ou les délégations nationales concernées.

Les idées qui seront jugées appropriées seront testées sur le terrain, avec des "tests pilotes", dans les écoles qui, respectant leur autonomie, montreront qu'elles sont intéressées à vérifier l'efficacité applicative des solutions proposées.

L'espace entre dans les écoles, la collaboration entre l'Éducation et l'ESA commence