MIPAAF, a mis en place un groupe de travail technico-scientifique

Vues

Bellanova: «engagement maximum. Toutes les régions italiennes intéressées impliquées "

Dans les prochains jours, la mise en place du groupe de travail technico-scientifique sera lancée pour lutter contre le problème du syndrome du «kiwi die-off», coordonner les activités de recherche et définir les lignes directrices pour la gestion de cette urgence qui se pose depuis 2012 dans la région basse véronèse, et qui plus récemment a également impliqué la province de Latina dans le Latium.

C'est ce que le Comité national phytosanitaire basé au MIPAAF a établi lors de la réunion mensuelle qui s'est tenue lundi dernier. Le groupe de travail devra définir les critères d'enquête pour déterminer les zones où le phénomène se produit; indiquer les mesures utiles pour le ralentir; établir des axes de recherche multidisciplinaires qui traitent des aspects liés à la relation climat-sol, à la physiologie végétale, ainsi qu'aux organismes nuisibles secondaires.

Le service phytosanitaire central, CREA-DC, et chaque service phytosanitaire régional participant feront partie du groupe de travail technico-scientifique et désigneront trois experts associant les instituts de recherche de la zone déjà consultés sur le sujet.

«Il est nécessaire d'avoir certaines lignes directrices pour déployer des stratégies et des ressources, pour éradiquer le syndrome de la mort du kiwi. C'est une pathologie complexe, imputable à aucun organisme nuisible, ni à une catastrophe naturelle. Lors de la réunion du comité phytosanitaire de lundi dernier, tous les services phytosanitaires régionaux intervenus sur la question ont souligné que les dommages à la production causent une grave souffrance aux sociétés de production. Nous avons besoin de l'aide de tous les experts et de la participation de toutes les régions concernées », a déclaré la ministre Bellanova. «Les services phytosanitaires du Latium, de la Vénétie, du Piémont, du Frioul-Vénétie Julienne, de l'Émilie-Romagne et de la Calabre ont déjà communiqué leur participation au groupe de travail. L'adhésion des Régions me fait particulièrement plaisir car ce n'est qu'ensemble, en coordonnant tous les avis scientifiques et les demandes venant des territoires, que nous pourrons vaincre cette pathologie qui met beaucoup de fruits à l'épreuve. Pour ma part, je vous garantis un engagement maximum pour gagner ensemble ».

Pour le syndrome du «kiwi die-off», puisqu'il n'est pas directement imputable à un organisme nuisible ou à une catastrophe naturelle ou un événement climatique défavorable, le décret législatif du 29 mars 2004, n. 102, relative aux interventions financières destinées à soutenir les entreprises agricoles. Par conséquent, toute intervention de soutien aux entreprises impliquées doit voir la mise en place d'un fonds spécifique.

MIPAAF, a mis en place un groupe de travail technico-scientifique

| ÉCONOMIE |