Précieux : "Les nouveaux documents de l'OTAN et de l'UE ne suffisent pas à la sécurité occidentale requise"

(par Andrea Pinto) Une longue guerre est attendue en Ukraine malgré les difficultés russes rapportées par les médias occidentaux. Pourtant, la Russie est de plus en plus présente dans Moyen Orient, Afrique (congolais) Sud Amérique (Venezuela en tête) e Balkansmais aussi l'Iran e Inde sans parler de la Chine. Les sanctions occidentales ne semblent apparemment pas avoir beaucoup affecté l'économie intérieure de la Fédération qui, au contraire, a mis les économies européennes en échec avec le rationnement du gaz et du pétrole, sans parler du danger de famine en Afrique et au Moyen-Orient Est en raison du ralentissement des départs via les cargos de blé et de céréales ukrainiens.

Du côté militaire, de nombreux analystes indépendants affirment que la Fédération de Russie n'a utilisé que 10 % de son potentiel militaire en Ukraine, vidant, pour l'instant, la majeure partie de son vieil arsenal datant de la guerre froide. Moscou n'a, pour l'instant, donné qu'un petit échantillon de son potentiel tactique et stratégique moderne en lançant des missiles hypersoniques à moyenne et longue portée, Khinzal, Sarmat etc .. Un exemple de modus operandi Le russe est raconté par les survivants de la guerre tchétchène à Reuters : "les russes à l'époque ils ont tout rasé, les immeubles, les centres commerciaux, les hôpitaux, les écoles mais aussi et surtout les routes goudronnées, c'était impossible de se déplacer, c'était impossible d'habiter".

En Ukraine, pour l'instant cependant, la tactique élastique est privilégiée de part et d'autre des deux camps entre conquêtes et reconquêtes de territoires perdus puis repris. Une façon d'enliser le conflit et de tester la résilience de l'aide internationale et des gouvernements mondiaux, dont beaucoup entre-temps sont tombés ou sont en grande difficulté face à une inflation croissante (également due au gaz russe) qui met à rude épreuve son citoyens. Avec l'arrivée de l'hiver tout sera plus compliqué car la Russie pourrait fermer ou réduire à volonté le flux de gaz. Les gouvernements européens ont déjà prévu des plans de rationnement énergétique extraordinaires, jusqu'à l'indépendance totale, ce qui est attendu pour l'Italie au plus tôt fin 2024.

Dans un contexte très fluide qui redessine en fait un nouvel ordre mondial multipolaire, Nato e L'Union européenne ont montré, une fois de plus, même face à une guerre sanglante dans leur propre arrière-cour, une mauvaise vision stratégique et une unicité voilée de but, approuvant ainsi l'un des objectifs de Poutine : décréter l'ère de l'OTAN, de l'ONU et de l'hétérogénéité de l'Union européenne.

L'examen fait sur le sujet est très intéressant ants.net par le général Pasquale Preziosa, ancien chef deAeronautica Militare Italien jusqu'en 2016 et aujourd'hui président de l'Observatoire de la sécurité #Eurispes.

La guerre est un phénomène sociologique typique. Il n'est donc pas surprenant que chacun de nous ait l'illusion persistante de connaître le phénomène complexe de la guerre et d'en deviner immédiatement les solutions sans effort de réflexion et de recherche. Dans un article paru sur Affaires étrangères (4 août 2022), Alina Polyakova e Lyya Timtchenko ils prétendent que "Avec chaque membre fournissant une forme d'assistance à l'Ukraine (militaire, humanitaire ou financière), la réalité est que l'alliance est déjà impliquée dans la guerre même sans 'bottes sur le terrain'".

Ce concept semble quelque peu illusoire et pourrait donc conduire à des conclusions non conformes à la stratégie déjà affichée par l'Alliance de l'OTAN et l'Union européenne (UE) pour contrer l'invasion russe de l'Ukraine. L'OTAN pour la guerre en Ukraine a montré une nouvelle unité d'intention politique qui a été perdue ces dernières années, les États-Unis ont montré un grand engagement pour la défense de l'Europe et les pays européens, avec une très large majorité, ont montré un important position politique contre la Russie pour l'invasion non motivée de l'Ukraine avec une décision rapide d'augmenter les budgets de la défense nationale. L'aide apportée à l'Ukraine est à la fois volontaire et légitimée par le droit international.

La position de l'Alliance depuis le début du conflit est claire : "Le soutien allié est contraint par l'impératif de non-belligérance. Les alliés de l'Otan ont clairement indiqué dès le départ qu'ils n'avaient aucune envie d'affronter directement la Russie, d'où le rejet d'une zone d'exclusion aérienne ou de tout autre mouvement comportant le risque d'une escalade par inadvertance".

Par conséquent, l'OTAN n'interviendra pas dans la guerre en cours entre l'Ukraine et la Russie, l'aide militaire ne peut pas non plus configurer quoi que ce soit de différent de ce qui est stipulé à l'article 51 de la charte de l'ONU. Le traité international sur le commerce des armes adopté par l'Assemblée générale des Nations Unies en 2014 est actuellement en vigueur, qui évoque la possibilité pour les Etats d'intervenir uniquement à des fins de légitime défense.

Le contrôle de l'aide militaire accordée à Kiev vise essentiellement à rationaliser et à contrôler l'afflux d'armements sur le territoire ukrainien afin d'éviter les déséconomies et la perte de contrôle sur ceux-ci dans le cadre du traité international sur le commerce des armes. La recherche d'une plus grande efficacité organisationnelle dans la distribution des armes ne peut configurer aucun concept d'implication directe dans la guerre en cours.

L'Ukraine ne fait pas partie de l'OTAN et n'est donc pas un pays auquel les clauses du traité de l'Atlantique Nord ou de l'art. 5 pour le soutien mutuel en cas d'agression. Dans le contexte des pays de l'OTAN, cependant, il est possible d'identifier des positions politiques qui ne coïncident pas parfaitement les unes avec les autres.

La vieille Europe qui est loin du front ukrainien exprime des positions moins radicales ("il ne faut pas humilier la Russie") vis-à-vis de la Russie par rapport aux nouveaux pays de l'OTAN d'Europe de l'Est qui portent encore les traces du triste passé soviétique. Là Turquie bien qu'incluse dans l'OTAN mais pas dans l'Union européenne, elle est porteuse d'intérêts stratégiques très différents du reste de l'Europe et de l'OTAN (elle s'est dotée de systèmes de missiles russes et aujourd'hui, en revanche, la Russie a été identifiée comme un nouvelle menace pour les pays de l'OTAN). Erdogan, a su construire une image de la Turquie comme pays charnière avec le Moyen-Orient et l'Asie et dans ce rôle il s'est engagé aux côtés de l'ONU en tant que médiateur pour le déblocage du transport du blé ukrainien vers l'Afrique.

L'Afrique est précisément le continent avec la plus grande attention avec la région du Moyen-Orient et l'ex-Yougoslavie de la Russie, de la Turquie et de la Chine. En particulier, la Syrie, la Libye, la Somalie et les Balkans sont les zones dans lesquelles la Russie et la Turquie se réunissent même au plus haut niveau pour établir de nouvelles zones d'influence en profitant des difficultés de mouvement politique en Europe (Italie) et de la Les États-Unis dans ces théâtres marécageux gouvernés pour la plupart par des autocraties corrompues.

C'est un moment de grande transition dans l'équilibre mondial, où la compétition stratégique identifiée et signalée par Hochet elle a pris la place des guerres traditionnelles qui ne représentent aujourd'hui que le signal d'alarme d'éventuelles explosions dans les domaines économique, financier, technologique et sanitaire. Il n'est plus possible, dans la nouvelle ère d'incertitude, de continuer à appliquer les paradigmes aujourd'hui désuets de l'ère précédente liés au risque.

La guerre en Ukraine doit être traitée avec un objectif stratégique et politique différent afin de mieux maîtriser les conséquences qui se manifesteront bientôt. A l'heure actuelle, le des documents stratégiques uniques développés par l'Occident sont pour l'OTAN le nouveau concept stratégique récemment approuvé à Madrid et pour l'Union européenne Boussole stratégique approuvé quelques jours avant l'invasion de l'Ukraine.

Le premier document propose une sorte de nouvelle guerre froide avec identification d'une menace classique : la Russie, et un nouvel accent sur la Chine. Le deuxième document, en revanche, propose à partir de 2025 une formation de 5000 XNUMX unités pour faire face aux urgences européennes pour une défense européenne avancée.

Les deux documents, malheureusement, ils ne contiennent pas de stratégies innovantes pour faire face à l'incertitude de la nouvelle ère, mais ils apparaissent plutôt insuffisants pour répondre à la nouvelle demande de sécurité de l'Occident, avec la particularité que chaque pays continuera à faire des investissements technologiques et militaires principalement selon ses propres ordre du jour national.

Avec ces prémisses, toute implication de l'Otan dans la guerre russo-ukrainienne apparaîtrait comme un allongement dont les conséquences seraient pires que la catastrophe géostratégique observée en Libye pour les interventions militaires occidentales en 2011.

Précieux : "Les nouveaux documents de l'OTAN et de l'UE ne suffisent pas à la sécurité occidentale requise"